Le Dr Mukwege reçoit le Prix Sakharov

L’action du docteur Mukwege, ce médecin congolais qui, au Sud-Kivu, répare les femmes qui ont été déchirées par les viols brutaux qui leur sont imposés, est une nouvelle fois récompensé.

Après avoir reçu le 16 octobre dernier le Prix Solidarité de la part de l’hôpital St Pierre, associé à l’ONG Médecins du Monde, Denis Mukwege s’est vu décerner ce mardi le Prix Sakharov. Remis par le Parlement européen depuis 1988, il récompense des personnalités exceptionnelles qui luttent contre l’intolérance, le fanatisme et l’oppression.

«Ce prix est un signal pour dire à ces femmes qu’elle ne sont pas abandonnées»

«Je suis très reconnaissant aux représentants des pays européens pour avoir mis les projecteurs sur la tragédie humaine de l’Est du Congo», a réagi mardi le Dr. Denis Mukwege. «Ce prix n’aura de signification que si vous nous accompagnez sur le chemin de la paix.»

«A ce moment, nos pensées vont directement aux victimes et aux survivantes de la violence sexuelle partout dans le monde, et spécialement celles de la République Démocratique du Congo (RDC). Le prix Sakharov est un signal fort pour dire à ces femmes qu’elles ne sont pas abandonnées à leur propre sort et que le monde les écoute. Ce prix est enfin un message d’encouragement et d’espoir pour tous ceux qui luttent pour la promotion des droits de l’homme, pour la paix et la démocratie en RDC et à travers le monde.»

Le gynécologue a enfin appelé l’Europe à oeuvrer en faveur de la paix en RDC. «Si ce prix peut catalyser l’avènement d’une paix durable à l’est de la RDC et contribuer à mettre fin à la tragédie des femmes Congolaises et des femmes en situation de conflit armé en général, nous serons ravis. Mais la situation sécuritaire ne fait que se dégrader dans les Provinces de l’est. Il y a urgence à agir! Ce prix n’aura de signification que si vous nous accompagnez sur le chemin de la paix, la justice et la démocratie

Le Dr Mukwege a été préféré aux deux autres finalistes, le mouvement ukrainien EuroMaidan et l’activiste des droits humain azerbaïdjanaise Leyla Yunus.

L’an dernier, c’est la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai qui avait été décorée de cette distinction. Elle a reçu la semaine dernière le prix Nobel de la Paix.