Le COIB supprime ses critères de sélection

Le Comité olympique et interfédéral belge (COIB) n’imposera plus ses propres critères de sélection à partir des Jeux olympiques de Rio 2016. Pour se qualifier, un sportif belge devra désormais s’en remettre aux critères établis par sa fédération internationale (FI).

C’est, pour l’institution de l’avenue de Bouchout, un changement de philosophie fondamental. Les critères de sélection belges, relativement sévères, avaient été initiés par Jacques Rogge à partir des Jeux de Moscou, en 1980, et avaient pour objectif de ne favoriser l’envoi aux JO que d’athlètes de premier plan, susceptibles de jouer les médailles ou, au moins le top 8.

Mais, au fil des ans, cette sévérité était devenue de plus en plus difficile à faire respecter. D’abord parce que les FI s’étaient mises, sous la pression du Comité international olympique (CIO) à établir leurs propres critères, afin de freiner l’augmentation constante d’athlètes aux Jeux (leur nombre est désormais limité à 10.500 tous sports confondus). Ensuite parce que les sportifs belges qui avaient réussi ces critères sans atteindre ceux du COIB contestaient de plus en plus ce qu’ils considéraient comme une véritable injustice. On se souvient notamment des procès intentés victorieusement en référé par les joueurs de tennis Olivier Rochus et Steve Darcis pour aller aux Jeux de Pékin ; ou des délibérations, sur le fil, de plusieurs athlètes juste avant le début des Jeux de Londres.

Le COIB précise toutefois qu’il a accepté cette concession inéluctable « tout en restant ambitieux » et veut partager cette idée avec les communautés – qui assurent la gestion du sport de haut niveau en Belgique – et les fédérations nationales. « L’objectif de chacun des athlètes qui iront aux Jeux de Rio devra être d’atteindre le top 8 dans sa discipline », précise Eddy De Smedt, son directeur sportif.