300 cellules vides dans les prisons

Il y a pénurie de surveillants.

Temps de lecture: 2 min

Selon le quotidien flamand De Standaard, quelque 300 cellules – le chiffre précis fluctue quotidiennement – seraient actuellement inoccupées dans les prisons belges. Un constat étonnant dès lors que la surpopulation carcérale, problématique depuis de nombreuses années, a convaincu les autorités d’investir dans la construction de nouveaux établissements pénitentiaires, et même de louer au prix fort des cellules à l’administration pénitentiaire néerlandaise.

La surpopulation demeure pourtant problématique

Le quotidien flamand cite d’ailleurs le cas de la toute nouvelle prison de Leuze-en-Hainaut qui héberge actuellement quelque 70 détenus alors qu’elle peut, théoriquement, en accueillir 312. Pareil à Beveren où 200, seulement, des 312 places disponibles sont actuellement occupées.

La cause de cette surprenante sous-utilisation serait à chercher, explique le quotidien, dans l’actuelle pénurie d’agents pénitentiaires, elle-même imputable aux limitations des recrutements imposées par les autorités fédérales. Il y a donc actuellement trop peu de gardiens pour assurer la pleine occupation des prisons de Beveren et de Leuze-en-Hainaut.

La situation est d’autant plus regrettable que la surpopulation carcérale demeure importante, même si elle a sensiblement diminué ces derniers mois. On recense toujours 11.300 détenus pour 10.116 places.

La situation est particulièrement critique dans les maisons d’arrêt – les établissements où sont détenues les personnes placées en détention préventive – où la surpopulation continue d’avoisiner un taux de 25 pour cent.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une