S'identifier S'abonner

Arne Quinze: «On va construire tout ça en vingt jours!» (vidéo)

La forêt de bois fluorescents sera l’une des toutes premières attractions visibles de Mons 2015. L’artiste a déballé sa Wooden Structure ce lundi matin.

Chef du service Culture

Par Daniel Couvreur

Temps de lecture: 3 min

La plantation de cette œuvre monumentale d’art urbain de 90 mètres de long sera terminée fin novembre. L’artiste belge du Plat Pays, célébré aux Etats-Unis, en Chine ou au Brésil, nous dit comment il va créer l’événement en Wallonie.

Bruxelles ou Ostende avaient déjà pu apprécier votre talent mais ce sera votre première installation en Wallonie : une émotion particulière ?

Oui, de la fierté ! Pour moi, Bruxelles, la Wallonie, la Flandre, c’est la Belgique. Il n’y a pas de différence. Partout je me bats pour transformer nos villes en musées de plein air. A Mons, tout le monde sait encore dire bonjour. Il y a un côté chaleureux qui me plaît. C’est la raison pour laquelle, j’ai tout de suite dit oui au projet. On m’a offert la rue principale, celle qui monte vers la Grand-Place. Mon installation sera comme une nouvelle porte de ville. La rue appartient aux gens. Il faut ramener la culture en ville, cultiver le mélange des gens et des architectures.

Certains disent que Mons est trop petite pour de grands projets, que trop d’argent sera dépensé pour Mons 2015…

Je ne suis pas ici pour gagner de l’argent. La même installation aux Etats-Unis coûterait trois ou quatre fois plus cher. Mons est une petite ville où tout passe moins inaperçu. On peut y apporter une vraie énergie. New York, Londres, Paris n’ont pas besoin d’être capitale culturelle pour attirer du monde. Arrêtons de tout critiquer dans ce pays ! Elio Di Rupo s’est tout simplement mieux battu que d’autres pour décrocher le titre de capitale européenne de la culture. Toutes les villes avaient les mêmes chances d’y arriver que Mons. Mais c’est lui qui a gagné.

Quelle sera l’inspiration de cette « forêt d’allumettes » ?

Pour la dessiner, je me suis laissé influencer par le peintre William Turner. Il y a dans ses tableaux un mouvement qui fait rêver, où l’on sent la violence de la nature, en même temps la fragilité de la peinture. C’est ça que j’essaierai de mettre dans cette installation en jouant de plusieurs couleurs de bois différentes. La première semaine de novembre, on prépare tout. Je reviendrai de Manille, après un détour par la Chine où je prépare trois grandes installations. Nous sommes extrêmement bien organisés. On va construire tout ça en vingt jours avec une équipe de vingt personnes !

A partir du 6 décembre 2014 dans la rue de Nimy, entre l’église Sainte-Elisabeth et la Maison Losseau. Accès gratuit.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP