Marc Coucke vend Omega Pharma sans payer un euro aux impôts

La plus-value réalisée par Marc Coucke lors de cette vente est d’1,45 milliard d’euros.

Temps de lecture: 2 min

Alors que les revenus sur le travail sont taxés de manière significative dans notre pays, le CEO d’Omega Pharma Marc Coucke ne va pas payer un euro d’impôt sur la vente de son entreprise, qui lui rapportera 1,45 milliard d’euros. Cela illustre, selon De Standaard et Het Nieuwsblad, à quel point la Belgique est un enfer pour celui qui vit de son travail mais constitue un paradis pour les capitalistes.

L’entreprise américano-israélienne Perrigo a racheté la société spécialisée dans la production de produits pharmaceutiques, pour 3,6 milliards d’euros, avait-on appris jeudi. La plus-value réalisée par Marc Coucke lors de cette vente est d’1,45 milliard d’euros.

Un quart du paiement sera effectué en actions Perrigo au profit de Marc Coucke qui entend bien jouer un rôle clé au sein de la société et faire de Omega Pharma le hub européen du groupe. La partie en numéraire sera financée par la trésorerie du groupe et le recours à l’endettement.

Marc Coucke est l’un des entrepreneurs les plus flamboyants de Flandre. A côté de la success story Omega Pharma, il est aussi connu pour ses investissements dans le sport: sponsor de l’équipe cycliste Omega Pharma-Quickstep, propriétaire et président du club de football du KV Oostende, sponsor des équipes de L1 de Lille et Nantes…

Perrigo, dont les racines remontent à 1887, basé à Allegan (Michigan), est coté au Nasdaq depuis 1991. Il réalise un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros et emploie 9.000 personnes. Depuis 1991, le groupe a procédé à toute une série de petites acquisitions, qui ont culminé avec l’achat de l’irlandais Elan pour 8,6 milliards de dollars en 2013. L’opération lui avait permis de faire basculer son centre d’imposition en Irlande, à la fiscalité plus légère.

Les plus-values ne sont pas taxées en Belgique

En Belgique, ces plus-values ne sont pas taxées à moins que le fisc considère que l’opération ne relève pas de la gestion privée et commerciale normale. Dans un tel cas, 33 % d’impôts sont alors dus.

L’Inspection spéciale des impôts a déjà essayé à plusieurs reprises de percevoir ces 33 % lors d’importantes transactions, comme celle qui concerne Omega Pharma, mais a été rappelée à l’ordre la plupart du temps.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une