Le quartier du Beau Site va se surveiller

Une vingtaine d’habitants déjà prêts à collaborer avec la police. Une manière pour la police de faire diminuer le sentiment d’insécurité. Les PLP permettent surtout aux habitants de mieux se connaître.

Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

Il n’y a pas au Beau Site plus de vols qu’ailleurs, mais les habitants ont constaté lors des dernières fêtes de quartier qu’il y accueillait, là, plus de personnes âgées qui témoignaient de leur sentiment d’insécurité de vivre dans un site fermé par le bois de Merode mais ouvert sur l’avenue Royale avec, pour les voleurs, possibilité de fuite rapide vers l’autoroute E411, le centre de Limal ou le centre de Rixensart. L’idée de créer un Partenariat local de prévention (PLP) a ainsi été ressentie comme une nécessité, au moment même où la police et la commune invitaient les habitants à se lancer dans une telle initiative.

Le Beau Site, et ses 180 maison, est donc le premier quartier de Rixensart à avoir signé, ce jeudi soir, la charte fédérale prévue à cet effet. Non sans qu’on ait rappelé que le quartier de Woo, à Rosières, avait déjà, il y a des lustres, fait placer des panneaux « Les riverains veillent » afin de contrer les vols en recrudescence. C’était alors la première initiative du genre en Brabant wallon.

Fabrice Marotte, le coordinateur de ce PLP, habitant du quartier depuis 1998, était sans doute plus sensibilisé à la problématique vu qu’il est lui-même commissaire au service de recrutement de la police fédérale : « J’ai accepté cette tâche parce que je suis persuadé que la collaboration entre les habitants et la police peut apporter ses fruits. Je serai là pour relayer les préoccupations des uns et des autres et améliorer ainsi ce sentiment de sécurité nécessaire à une vie de quartier paisible à laquelle nous pouvons prétendre. »

Selon Jos Meganck, le commissaire responsable de Rixensart pour la zone de police de la Mazerine, « il peut s’agir pour les habitants de signaler le passage réitéré d’une camionnette suspecte ou la présence de vendeurs ambulants gênants ou de peut-être faux agents des eaux ou faux policiers. Pour la police, ce sera justement l’occasion de faire appel à la vigilance parce que des comportements suspects sont en recrudescence dans l’entité. »

Fabrice Marotte sera assisté par trois coordonnateurs adjoints : Nicole Gasiorowski, Noël Debaux et Henri Plevoets. Chacun est délégué à leur sous-quartier et sera chargé de sensibiliser les habitants. Déjà 21 d’entre eux se sont portés volontaires pour participer à l’opération, sur une quarantaine d’habitants qui avaient montré leur intérêt à la création d’un tel PLP.

« Vous aurez toujours mon soutien, a souligné le bourgmestre Jean Vanderbecken (NAP-MR) lors de la signature de la charte. J’espère que les trois autres quartiers intéressés par la démarche suivront à présent ce premier exemple. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une