Comment les entreprises innovent

N ous avons été créés pour que des centres de recherches universitaires investissent le champ des entreprises, à l’échelle wallonne. » Marie-Hélène Van Eyck est la directrice d’Innovatech, une structure d’accompagnement pour les petites et moyennes entreprises en recherche d’innovation qui fait le lien et établit des connexions entre deux mondes : celui des idées pures qui, même géniales, pourraient ne jamais être valorisées, et celui de l’entrepreneuriat toujours intéressé par des nouveautés offrant un bon potentiel de développement.

Les services proposés vont de l’évaluation du potentiel d’une idée à trouver des financements, en passant par le suivi administratif pour une protection juridique d’un procédé ou l’obtention de brevets.

Ce mercredi soir, la Ferme de Mehaignoul à La Bruyère accueillait 58 entreprises wallonnes qui font actuellement appel à Innovatech pour un projet innovant. De quoi former un panel représentatif de ce qui se trame, aujourd’hui, dans l’univers entrepreneurial.

« On observe effectivement différentes tendances, note Marie-Hélène Van Eyck. C’est le cas dans le secteur de la santé et des soins aux personnes avec, par exemple, des détecteurs de somnolence, des systèmes de désinfection optimisée d’instruments chirurgicaux, d’autres qui permettent des diagnostics instantanés. L’an dernier, nous n’avions pas de 3D, alors que c’est le cas cette année en chirurgie. »

« De manière générale, poursuit la directrice d’Innovatech, on retrouve beaucoup d’objets intelligents comme des pointeuses sur chantiers ou un bouchon de carburant qui fournit différentes informations. Nous avons aussi, dans le domaine agricole, une épandeuse ultra-rapide. »

Innovatech a accompagné près de 850 entreprises ces cinq dernières années, et est en contact avec un nombre encore supérieur de sociétés. Il est toujours à l’affût des innovations, et opère une recherche active des nouveautés.