Nouvelle nuit de violences à Jérusalem

Les heurts entre Palestiniens et policiers israéliens se sont poursuivis dans la nuit à Jérusalem Est alors qu’un Arabe israélien a été tué samedi par la police dans le nord du pays, déclenchant d’autres affrontements.

Dans ce contexte houleux, la nouvelle chef de la diplomatie européenne se trouvait samedi à Gaza plaider pour une reprise des discussions de paix. Comme toutes les nuits depuis plus de deux semaines, des affrontements ont opposé jeunes Palestiniens jetant des pierres et des pétards sur des policiers israéliens répliquant à coup de balles en caoutchouc, de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogènes.

Ces heurts ont été particulièrement violents dans le camp de réfugiés de Chouafat, un dédale de ruelles où s’entassent de nombreux Palestiniens et accolé au mur israélien qui sépare Jérusalem Est de la Cisjordanie occupée.

La Vieille Ville au cœur des tensions

Les déflagrations ont également résonné toute la nuit dans la Vieille ville toujours quadrillée par la police israélienne ainsi que dans différents quartiers palestiniens. La Vieille ville, haut lieu touristique où se côtoient les pèlerins venus du monde entier pour visiter les lieux saints des trois religions monothéistes, est au cœur de toutes les tensions.

Elle a été gagnée par les heurts et les violences lorsque les extrémistes juifs ont renforcé leur campagne pour réclamer un bouleversement du statu quo entériné en 1967 qui leur permet de se rendre sur l’esplanade des Mosquées qui surplombe le Mur des Lamentations sans toutefois avoir le droit d’y prier.

Ces militants ultra-religieux ont récemment multiplié les visites sur le troisième lieu saint de l’islam, déclenchant de violents heurts avec les Palestiniens qui estiment répondre à une énième tentative de les évincer de Jérusalem Est dont ils veulent faire la capitale de l’État auquel ils aspirent.

Vendredi, la prière musulmane hebdomadaire s’y est déroulée sans incident, la police israélienne ayant toutefois interdit aux hommes de moins de 35 ans de se rendre sur l’esplanade.

Sur le même sujet
CroyancesRéfugiésPolice