Le 11h02 : « Taxer le capital, le problème est surtout politique »

Le CD&V veut taxer les plus fortunés. Au « Soir », le ministre du Budget Hervé Jamar explique que le MR est prêt à discuter. Bernard Demonty a répondu à vos questions.

Temps de lecture: 3 min

Le gouvernement entrevoit-il un impôt sur le grand capital ?

Le CD&V arrive avec quelque chose de nouveau mais la taxation du capital n’est pas dans l’accord du gouvernement. La manifestation de jeudi dernier et l’affaire LuxLeaks changent un peu les données. Le CD&V appuie cette taxation, le MR accepte d’en discuter.

Quelle est la position des autres partis de la majorité ?

Le VLD dit non et la N-VA dit que ce n’est pas dans l’accord du gouvernement. Il y a quand même une marge de négociations mais peut-être, à un moment donné, quelqu’un va-t-il définitivement fermer la porte.

Le gouvernement sent qu’il doit faire un geste ? Que propose Hervé Jamar ?

Il dit qu’il s’agirait de taxer les plus-values mais il est sceptique car c’est une taxation complexe. Cela pose le problème de la fuite des capitaux vers le Luxembourg ou ailleurs. La Belgique pourrait aussi perdre des investissements. Par ailleurs, le fisc devrait-il rembourser les moins-values ?

Le principe est qu’il ne faut pas laisser dormir les capitaux des entreprises ?

Ne donnons pas des entreprises une image caricaturale. Une grande partie d’entre elles réinvestissent une grande partie de leurs bénéfices, qui ne vont pas systématiquement dans la poche des actionnaires. Faut-il forcer ces entreprises à créer de l’emploi et à investir ? Le gouvernement a déjà été dans ce sens en imposant une fiscalité positive pour l’investissement. Le débat avance mais il subsiste des problèmes car il y a des entreprises qui produisent énormément de cash et le placent à l’étranger. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a une tension sociale autour de cette question. Le gouvernement doit absolument se mettre à l’écoute car cette tension pourrait aussi donner à terme une mauvaise image de la Belgique et freiner les investissements des entreprises étrangères.

La N-VA se retranche derrière l’accord du gouvernement ?

Il faut voir la chose de manière politique. Un accord de gouvernement est compliqué à obtenir. Si on revient dessus, on ouvre une boîte de Pandore. Si la N-VA accepte d’ouvrir ce dossier-là, elle pourrait demander une contrepartie. La cohésion de ce gouvernement pourrait être mise en péril.

Pourquoi ne pas taxer les rentiers, les actifs immobiliers ?

Il y a des obstacles techniques mais je ne pense pas qu’ils soient insurmontables. Il existe quelques pistes. Le problème est surtout politique car taxer des plus-values est parfaitement faisable.

Il faut une taxe intelligente ?

Une des questions qui va déterminer l’ardeur du CD&V à demander cette taxe sera liée à la mobilisation de la rue. Si les manifestations perdent de leur succès en janvier, je ne suis pas sûr que le CD&V continuera à réclamer cette taxe.

Taxer le capital, est-ce une bonne idée ?

C’est une question… capitale. Il faut politiquement retrouver un équilibre que l’accord du gouvernement semble avoir rompu. Ou alors trouver autre chose qui permette à un grand nombre de citoyens de se sentir apaisés par rapport à un gouvernement qui les entendrait. Il faut une ouverture. Le MR est prêt à la discussion, c’est déjà un pas…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une