Daniel Cohn-Bendit: «Juncker? Arrêtons l’hypocrisie!»

out le monde connaissait le passé du président de la Commission et les pratiques de pays comme le Grand-Duché.

Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Depuis août 2013, l’ancien député européen Vert Daniel Cohn-Bendit donne une chronique d’actualité dans la matinale d’Europe 1. Il vient de publier les deux cents premières – l’émission se poursuit, tous les jours, à 7 h 50 – dans un ouvrage assez justement titré L’humeur de Dany (Robert Laffont).

Avez-vous parlé de l’affaire « Lux Leaks », ces derniers jours, au micro d’Europe 1 ?

Oui. J’ai dit qu’il faut arrêter l’hypocrisie ! On savait tous que Juncker a défendu le secret bancaire pendant des années et que son pays, le Luxembourg, comme la Hollande d’ailleurs, pratiquaient ce qu’on appelle « l’optimisation fiscale ». Je n’ai donc pas envie de discuter pendant des heures pour savoir s’il faut déposer une motion de censure ou pas : ça ne sert à rien. La seule chose intéressante, c’est que maintenant, cette histoire est sur la table. On va voir quelle sera la réaction de la Commission…

Jean-Claude Juncker semble décidé à faire bouger les choses. Vous lui faites confiance ?

Avec Juncker, on ne sait jamais. Il peut aller très loin comme il peut éviter. Ça dépendra de ses commissaires.

A l’heure où les gouvernements nationaux demandent à leurs concitoyens de se serrer la ceinture, tout cela passe mal dans l’opinion. Même Jean-Claude Juncker a convenu que « l’impression qui se dégage est que l’injustice fiscale est insuffisamment combattue en Europe »…

C’est vrai mais en même temps, il y a des jalons qui sont posés, comme la décision de la Cour européenne de justice sur le « tourisme social », qui vient de rappeler que les aides sociales n’étaient pas un droit absolu quand vous vous installez dans un autre État membre. Ou le fait que l’OCDE pousse la Belgique à taxer les plus-values et à baisser l’impôt sur les petits salaires… Partout en fait, on voit une redéfinition un peu plus sociale. La situation actuelle n’est pas le fait de l’Europe en-soi : c’est la contradiction des forces politiques qui construisent l’Europe. La Commission a été formatée de manière assez néolibérale pendant des années – maintenant, il faut remonter la pente. Mais elle a été formatée comme ça parce que les forces politiques, les majorités, les gouvernements étaient comme ça.

Certains affirment que tous ces cadeaux fiscaux sont indispensables pour attirer ou conserver des entreprises sur son territoire, que si on les supprime, elles s’en iront sous des cieux plus cléments…

Peut-être que certaines pourraient s’en aller à Singapour ou ailleurs, mais normalement, ce n’est pas celles-là qui ont une capacité de travail et d’emploi énorme. Si demain Ikea doit payer plus d’impôts, il ne s’en ira pas. Amazon non plus. Ils ont besoin de ce marché. Les banques françaises qui font de l’optimisation fiscale dans les paradis fiscaux ne vont pas s’en aller comme ça…

Juncker, encore lui, a lancé aux députés que sa Commission sera « la Commission de la dernière chance »…

Je ne comprends pas ce que cela veut dire. La dernière chance, sinon quoi ? Chacun reprend ses billes ?… Quand vous avez une omelette, vous savez comment récupérer les œufs ? Combien de fois a-t-on dit que c’était « le gouvernement de la dernière chance pour la Belgique » ? Et puis il y en a eu d’autres, et le pays a continué. Maintenant, c’est vrai que sur certaines choses, la Commission Juncker devrait revoir la copie, sinon dans l’opinion, ce sera plus difficile. Mais ne dramatisons pas.

« Eric Zemmour est l’idéologue de Marine Le Pen »

Dans de nombreux pays d’Europe, on est passé de l’euroscepticisme à l’europhobie. Ainsi en France, où une Marine Le Pen en a fait son fonds de commerce. Vous craignez les présidentielles de 2017 ?

En tout cas, j’estime que la voir élue est impossible. Même si elle se retrouve au deuxième tour, elle aura toujours 60, 65 % de personnes contre elle. Le vrai scénario – que Hollande se représente ou pas – c’est qu’elle se retrouve au deuxième tour face au candidat de droite, comme son père en 2002. Si c’est le cas, selon moi, ce sera face à Juppé, surtout s’il a une primaire vraiment ouverte à droite. Mais bon, le système français est complètement fou. Chirac s’est retrouvé au deuxième tour avec 20 % des voix, contre 17 % à Le Pen et 16 % à Jospin…

Les Verts ne vous ont pas proposé de sortir de votre retraite ?

Ils savent que c’est non.

Qu’allez-vous faire alors ?

Je n’ai pas encore décidé. Je ne suis pas obligé de faire quelque chose… J’aimerais bien écrire un bouquin sur l’identité juive – pas l’identité juive en général, mais la mienne. Qu’est-ce que je m’invente comme identité juive ? Tout le monde m’attend au tournant…

En deux mots, quelle est votre identité juive ?

Longtemps, je me suis considéré comme un « juif sartrien » : « Ce sont les autres qui me font juif ». Mais en fait, c’est faux… Je suis un Juif de la diaspora. Donc, une citoyenneté universelle, sans frontière, ce qui explique mon positionnement européen. Israël change la nature des Juifs. Pour moi, Israël, c’est la fin des Juifs. Pour moi, un Juif comme je le comprends, c’est un Juif de la diaspora. L’idée de ce livre est de montrer ce que tout cela veut dire, en prenant le Bund (mouvement socialiste juif sous le tsarisme, qui s’opposa au sionisme comme au bolchevisme), en racontant l’histoire de personnages comme Marek Edelman, le dernier survivant de la révolte du ghetto de Varsovie – qui est toujours resté en Pologne, qui n’est pas israélien. Tout cela en réfléchissant sur l’antisémitisme, sur les relations avec l’islam… Voilà, je vais essayer d’expliquer tout ça. Mais bon, peut-être que ça ne se fera jamais. À propos, c’est drôle de savoir que l’idéologue de Marine le Pen est juif…

Eric Zemmour ?…

Evidemment !

Vous en pensez quoi ?

Quand quelqu’un vous dit, comme il me l’a dit un jour : « C’est de ta faute si les hommes ne sont plus des hommes ! », qu’est-ce que vous lui répondez ? « T’es malade ou quoi !? »… Ce mec a un problème !

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une