Le « Vélo de Cristal » pour Van Avermaet

La présence de Philippe Gilbert venu tout droit de Monaco au casino de Knokke pour la cérémonie du « Vélo de Cristal », trophée décerné par le quotidien « Het Laatste Nieuws » selon le même principe que le Soulier d’Or en football (coureurs, anciens coureurs, directeurs sportifs, journalistes remplissent un bulletin) laissait entrevoir une cinquième victoire du Remoucastrien au (lourd) trophée remis par le Premier ministre Charles Michel. Mais c’est son équipier de BMC, Greg Van Avermaet qui l’a coiffé sur le fil en dépit d’une carte de visite moins prestigieuse en termes de victoires au bout de la saison 2014.

Gilbert déçu

« C’est une surprise, je ne peux pas le cacher, estimait Gilbert à l’issue de la cérémonie. La logique aurait voulu que mes victoires et mon classement final comme premier Belge au WorldTour me désignent lauréat. On ne peut pas être aimé par tout le monde ! »

A chaud, la réflexion méritait débat. Avec le recul, l’Ardennais disait ceci. « Depuis ma saison 2011, le degré d’exigence en ce qui me concerne est considérable. On attend monts et merveilles, je preste pourtant avec toute l’attention et la vigueur nécessaires. Greg Van Avermaet a réalisé une saison régulière, il a surtout davantage roulé en Belgique, dans les classiques flamandes, cela a dû marquer l’esprit de ceux qui ont voté. Sans doute, je ne sais pas. »

Premier « Vélo de Cristal » pour Van Avermaet

Vainqueur pour la première fois de ce trophée prestigieux, Van Avermaet évoquait précisément la saison 2011 de Gilbert pour justifier (en partie) son titre. « Il a placé le niveau tellement haut que les gens attendent beaucoup de lui mais je suis bien placé pour savoir qu’il est difficile de gagner (une victoire d’étape à l’Eneco Tour, deuxième au Tour des Flandres). J’ai été régulier, présent toute l’année, en particulier au Tour de France, ces éléments ont peut-être joué en ma faveur ». Gilbert acquiesçait : « Moi je n’étais pas au Tour mais je n’étais pas en vacances pour autant. Ma fin de saison a prouvé que j’étais frais et disponible, aussi, pour n’importe quelle course. »

Jadis, on aurait parlé d’un vote « communautaire », un comble dès lors que le Premier (dont le cyclisme n’est pas la spécialité) à remettre le prix était francophone. Mais il y a tout de même un peu de cela. Walter Planckaert a reçu le titre de meilleur directeur sportif de l’année (là, c’est indiscutable au vu des performances de son équipe Topsport Vlaanderen). Dylan Teuns (BMC) a obtenu celui du meilleur espoir (rien à dire non plus), Iljo Keisse celui de meilleur équipier. Finalement, au bout de cette soirée, l’équipe américaine BMC rentre avec les lauriers au détriment des formations belges OPQS ou Lotto !

@fanlau2320