S'identifier S'abonner

La police prend sa batte de cricket pour une arme: sa famille menacée d’expulsion

À cause d’une erreur d’appréciation de la police, un jeune Pakistanais et sa famille sont menacés d’expulsion.

Par la rédaction

Temps de lecture: 3 min

Le procureur fédéral va prendre contact ce lundi avec l’ambassadeur pakistanaise à Bruxelles, Mme Naghmana Hashmi, pour lui expliquer que le jeune homme ayant fait l’objet d’un appel à témoins parce qu’il se promenait en rue avec ce qui semblait être une arme dissimulée, et sa famille n’ont rien à se reprocher, a indiqué Eric Van der Sypt, magistrat de presse du parquet fédéral.

Le jeune homme de 22 ans, Assim Abassi, transportait en fait sa batte de cricket, qu’il avait dissimulée sous un pull pour la protéger de la pluie. « L’avis de la police était neutre et correct », a-t-on souligné au cabinet du ministre de l’Intérieur Jan Jambon.

« Il fallait faire une enquête, comme nous le faisons souvent sur base d’une info ou d’agissements suspects », renchérit Eric Van der Sypt. « Et l’enquête a permis de montrer que ces personnes n’ont rien à se reprocher. »

Voyant sa photo dans les journaux la semaine dernière, le jeune homme s’était rendu à la police pour expliquer qu’il transportait sa batte de cricket. Mais certains membres de l’Ambassade du Pakistan, pour qui travaille le père d’Assim Abassi, ayant également lu les articles, inquiets que le jeune homme puisse être « un tueur antisémite dans la nature », ont décidé de licencier le travailleur. Personne à l’Ambassade n’était joignable dimanche pour expliquer ces faits. Interrogé par l’agence Belga, un porte-parole du SPF Affaires étrangères a indiqué que le département prendrait contact avec l’Ambassade du Pakistan lundi, pour obtenir plus de détails sur l’affaire.

Le licenciement du père d’Assim Abassi est plus qu’un simple licenciement. Il devrait en effet avoir également pour conséquence le retour de toute la famille au Pakistan, les parents et cinq enfants, endéans les six jours, affirmait l’un des fils samedi soir, dans le journal télévisé de la RTBF.

Charles Michel interpellé

Cette annonce a déclenché une mobilisation sur les réseaux sociaux, pour demander à l’Ambassade, par mail ou par fax, de reconsidérer sa décision. La députée Ecolo Zakia Khattabi a également interpellé, par une question orale, le Premier ministre Charles Michel pour lui demander s’il est « prêt à accorder, à titre de “dédommagement” moral, un titre de séjour à cette famille victime d’un délire collectif » fondé « sur ce qui apparaît aujourd’hui comme un délit de faciès ».

Face à l’ampleur prise par l’affaire, le procureur fédéral contactera donc l’ambassade pakistanaise ce lundi pour lui expliquer les faits, et lui préciser que « ces personnes n’ont rien à se reprocher ». (b)

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP