Les propriétaires de demeures historiques préoccupés par l’avenir de leur patrimoine

Non, ils ne sommeillent pas dans leurs châteaux comme la Belle au Bois dormant. Les propriétaires de demeures historiques et jardins n’hésitent pas à retrousser leurs manches pour défendre leur patrimoine.

L’association qu’ils ont créée en 1934 compte aujourd’hui 1.300 membres. « Nos objectifs principaux sont la défense et la sauvegarde du patrimoine historique privé dans tous ses aspects : restauration, gestion, transmission de génération en génération. De plus, nous sommes amenés à être propriétaires temporaires ou permanents de demeures historiques. Nous sommes ainsi propriétaires des châteaux de Beersel, du château de Laarne, et actionnaires majoritaires de la société anonyme qui possède le château de Corroy, explique Bernard de Gerlache de Gomery, président de l’ASBL Demeures historiques et jardins. L’expérience acquise par la détention de ces trois châteaux nous permet de mieux comprendre la problématique des propriétaires privés. »

Dans le cadre des dernières élections, l’association a présenté un mémorandum à tous les candidats et l’a soumis aux responsables des nouvelles instances publiques. « Régionalisation oblige, nous devons travailler avec différents niveaux de pouvoir. Chacun a des incidences sur la vie des demeures historiques, qu’il s’agisse de TVA, d’impôt des personnes physiques, d’impôt des sociétés, de droits d’enregistrement, de succession ou de donation, poursuit Bernard de Gerlache. Le patrimoine historique privé est une source de revenus pour les Régions et pour l’Etat fédéral. C’est aussi un outil de tourisme et des niches d’emplois. Une foule de compétences artisanales sont nécessaires pour l’entretien et la restauration de toitures, de vitraux de chapelles castrales, de gargouilles, d’intérieurs… »

Mais le patrimoine historique est aussi et peut-être surtout un outil de culture et d’éducation. Avec Prométéa et le soutien de la Loterie nationale, des projets éducatifs se mettent en place. « Au lieu d’aller à Walibi, pourquoi des classes de primaires ou de secondaires n’iraient-elles pas en classes vertes dans des demeures historiques ou des jardins ? »

Tous les ans, le Prix des demeures historiques et jardins de Belgique Prince Alexandre de Mérode pour le patrimoine est attribué à des propriétaires de patrimoines historiques divers. D’un montant de 10.000 euros, il a été créé en 1994 pour promouvoir les efforts de protection, de sauvegarde et de restauration d’un patrimoine privé ayant une spécificité architecturale, historique ou artistique. Il concerne tout projet terminé depuis moins de deux ans et qui a subi des restaurations extérieures ou intérieures (habitation, chapelle, écurie, dépendance, parc et jardin).

« Le lauréat 2014 est la ferme-château de Wahenge, à l’Ecluse, dans la commune de Beauvechain, reconstruite entre 1718 et 1784 sur les ruines d’un édifice datant du XIIe  siècle, commente Jean-Baptiste Van Ex, président du jury. Cette ferme fut habitée jusque dans les années 1970 et restaurée par les propriétaires actuels, Philippe et Muriel de Peñaranda de Franchimont. Depuis 2007, d’importantes rénovations des façades, des charpentes et des toitures ont pu être effectuées grâce à un subside des pouvoirs publics wallons (95 %) et provinciaux (1 %). Le montant total des travaux s’élève à 1,2 million d’euros dont 4 % ont été financés par les propriétaires. C’est un monument exceptionnel. Nous avons beaucoup apprécié le caractère de cette rénovation qui a fait appel à des artisans locaux. »

Une mention a été décernée à la maison Caussin à Dinant et au château d’Huysse (rénovation et réhabilitation des dépendances). Un appel à candidatures est lancé pour l’édition du prix 2015. Les dossiers doivent être remis pour le 10 mars 2015.

Sur le même sujet
Rénovation