S'identifier S'abonner

La population de gros poissons a baissé des deux tiers en 130 ans

Les stocks de gros poissons ont chuté des deux tiers en un peu plus d’un siècle, entre 1880 et 2007, en raison de la surpêche, selon une étude de l’Institut de recherche pour le développement publiée mardi.

Par AFP

Temps de lecture: 2 min

Une équipe de recherche internationale a passé au crible plus de 200 modèles d’écosystèmes océaniques sur l’ensemble de la planète. « Un effondrement des stocks de thons, mérous, requins et autres prédateurs supérieurs, avec des conséquences en chaîne à une échelle globale, tant sur les réseaux alimentaires que sur l’équilibre des écosystèmes », explique l’IRD, un organisme de recherche français.

En outre, « ce déclin s’accélère », indique l’IRD : « plus de la moitié (54 %) de cette perte de biomasse » s’est produite au cours des 40 dernières années, c’est-à-dire depuis le début de la pêche industrielle dans les années de 1970.

Les chercheurs de l’IRD et leurs partenaires canadiens, italiens et espagnols mettent en cause la surpêche, relevant que « thons, mérous, raies, requins, espadons… sont les mets préférés des consommateurs, incitant les pêcheurs à prélever ces grandes espèces marines ».

Ils ont tendance à pêcher ces poissons « à forte valeur économique » jusqu’à épuisement des stocks et « nombre de ces espèces sont aujourd’hui menacées d’extinction ».

Selon la liste rouge des espèces menacées de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), première organisation environnementale mondiale – regroupant agences gouvernementales, experts et ONG –, 12 % des espèces de mérous, 11 % des thonidés et 24 % des requins et des raies sont menacés d’extinction.

L’IRD souligne que « la perte de ces prédateurs supérieurs a des conséquences en cascade sur la chaîne alimentaire », perturbant « l’équilibre des populations de leurs proies – petits poissons, méduses, etc. – qui, elles, prolifèrent ».

L’étude révèle que « sardines et anchois ont vu à l’inverse leur abondance doubler au siècle dernier ».

On est ainsi passé au cours du 20e siècle « d’océans peuplés pour une large part de grandes espèces à des espaces dominés par les petits poissons », à la durée de vie courte et plus vulnérables aux fluctuations de l’environnement, constate l’IRD.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Opinions Politique Société Monde Économie Sports Culture MAD Planète Santé Repensons notre quotidien Podcasts Vidéos So Soir Soirmag Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP