«La Revue nouvelle» fait peau neuve pour son 70e anniversaire

C’est une institution : même si sa « concurrente » (si le mot a un sens dans ce cas-là) La Revue générale a été créé en 1865, La Revue nouvelle est une alerte septuagénaire. En février, elle fêtera son 70e anniversaire. Créée en 1945 par André Molitor, elle émanait du monde de la gauche chrétienne, la CSC, le MOC (Mouvement ouvrier chrétien). « L’idée, alors, était de rassembler les grandes voix, les intellectuels, de la gauche chrétienne, des chrétiens libres, expliquent Thomas Lemaigre et Christophe Mincke, les récents codirecteurs de la publication bimestrielle. C’étaient des gens ayant une réflexion et un regard sur la société, présente et à venir. Dans le fond, cela n’a pas vraiment changé, c’est toujours notre ambition. »

Voici une année, ils ont succédé à Luc Van Campenhoudt, fameux sociologue de celles que l’on appelait encore les Facultés Saint-Louis, à la tête de La Revue nouvelle. « C’est lui-même qui a souhaité insuffler du sang neuf à cette publication, il a amené la réflexion. Nous étions au départ des auteurs plus ou moins réguliers, nous ne nous attendions pas à hériter de ces responsabilités. Sur le fond, nous sommes tout à fait dans la continuité de son travail. La base est là, il n’y avait pas nécessité de révolutionner le concept. La principale différence, c’est que nous avons 25 ans de moins que la génération précédente à la tête de cette revue. Lui a grandi dans les années 60, nous dans les années 80-90. Notre tâche est de redynamiser l’écriture, de se remettre la revue en phase avec l’époque, de rajeunir à la fois le lectorat et les auteurs. »

Le travail sur la forme est en tout cas réussi, une lisibilité plus grande, un papier sensuel. En termes de rubriques, La Revue nouvelle ne change pas : toujours « Le mois » et un grand dossier, ce mois-ci « Jeunes sur la frontière », la frontière étant celle entre l’adolescence et l’âge adulte.

Pour Christophe Mincke, une revue telle que celle-là correspond plus que jamais à un besoin : « Il y a un trou entre les médias inscrits dans l’actualité et les livres d’analyse. Un manque tant sur le plan chronologique que dans les niveaux d’analyse. Lorsque j’écris pour la revue, ce n’est pas comme pour une publication scientifique, je peux être plus personnel, plus subjectif, user d’un autre ton. Quoi qu’il en soit, cette nouvelle formule est un acte de foi dans le papier car, même si nous développons notre offre numérique via les blogs, notre priorité reste la revue papier. »

En décembre se développera ainsi un blog de politique intérieure tenu par plusieurs auteurs : Nicolas Baygert (UCL, Ihecs), Régis Dandoy (ULB), Martine Vandemeulebroucke (ex-Le Soir), François Gemenne (ULB, Université de Versailles, Sciences po Paris) et François De Smet (ULB).

Avec ses mille exemplaires vendus par numéro, La Revue nouvelle s’adresse, malgré le positionnement idéologique différent, finalement à la même niche que la revue Politique, un public d’intellectuels questionnant la société. Les deux codirecteurs : « Nous avons pas mal de contacts et même d’auteurs en commun avec eux. Ce que nous essayons de faire, c’est de sortir de l’image d’une revue intégrée au “pilier chrétien”. On ne veut pas renier les origines de La Revue nouvelle mais prendre acte du fait qu’aujourd’hui émarger au pilier chrétien n’est plus un positionnement en soi. Ce monde a toujours été assez ouvert mais on constate une diversification de nos auteurs. La nouvelle génération de l’ULB n’a plus du tout de réticences par rapport à une revue comme la nôtre. Nous restons à gauche mais clairement il s’agit d’une gauche plurielle. »

Thomas Lemaigre est codirecteur et administrateur délégué de « La Revue nouvelle ». Il est chercheur indépendant. Economiste, il a fondé l’agence journalistique Alter, ASBL qui promeut les droits économiques et sociaux.

 

 

Christophe Mincke est codirecteur de « La Revue nouvelle » depuis un an. Professeur à l’Université Saint-Louis, il est directeur du département de criminologie de l’INCC (Institut national de criminologie et de criminalistique).

 

La Revue nouvelle numéro 11-12 Novembre-décembre 2014 - 69e année 80 p. - 10 euros www.revuenouvelle.be