Accueil

Le plan de mobilité à la Ville de Bruxelles a été adopté dans le chahut

Environ deux cents personnes sont venues exprimer leur mécontentement ce lundi soir. La création d’un parking aux Marolles était au centre des contestations.

Temps de lecture: 2 min

La séance du conseil communal de la Ville de Bruxelles s’est déroulée sous haute tension ce lundi soir.

C’est dans un climat très tendu, en effet, et avec quelque deux cents manifestants mobilisés par la plate-forme Marolles présents à l’extérieur de la salle du conseil, que le conseil communal de la Ville a voté majorité contre opposition l’adoption de ce plan, ainsi que la mise sur le marché de la construction et de l’exploitation de quatre nouveaux parkings souterrains (place du Jeu de Balle, place Rouppe, place de l’Yser et place du Nouveau Marché aux Grains),

Quelques incidents lors du vote

Des incidents et les prises de position bruyantes des personnes à l’extérieur de la salle n’ont pas empêché le vote, à majorité contre opposition, du plan de circulation mais ils ont contribué à électriser les échanges entre les chefs de file de l’opposition et le bourgmestre Yvan Mayeur (PS).

L’opposition Ecolo, cdH et FDF qui soutient le projet de piétonnier sur les boulevards du centre aurait voulu un report du vote, jugeant que le projet d’aménagement de parkings, notamment sous la place du Jeu de Balle, n’est pas mûr et mérite davantage de participation de la population.

Comme l’échevine de la Mobilité Els Ampe (Open vld), cheville ouvrière du dossier des parkings, Yvan Mayeur a souligné qu’il n’y avait pour le moment aucun projet alternatif appuyé par une majorité de conseillers communaux, laissant entendre que l’opposition ne défend pas la même vision du projet.

Maintenir le marché durant les travaux est-il possible ?

Yvan Mayeur a ajouté que le plan de mobilité s’inscrivait dans un processus évolutif et qu’il serait soumis à une période de test de huit mois.

Yvan Mayeur a par ailleurs expliqué que le projet de parking sous la place du Jeu de Balle visait à permettre aux habitants d’accéder en priorité à cette infrastructure qui semble nécessaire, notamment en raison de l’emprise des véhicules du marché sur l’espace public environnant.

Mais lui-même, comme l’échevine, dit vouloir être sûr que l’on pourra maintenir le marché durant les travaux avant de se prononcer définitivement.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une