Nouveaux subsides pour le Val Benoît

Le Gouvernement wallon, par la voix de son ministre en charge des zonings économiques, Maxime Prévot, a confirmé l’octroi de quatre subsides d’un montant total de 1,4 million d’euros pour la réhabilitation de l’ancien bâtiment du génie civil, sur le site du Val Benoît. «  Un accord de principe avait été donné par le gouvernement mais en cette période de restrictions budgétaires, nous sommes heureux de cette confirmation  », commente le porte-parole de la SPI, maître d’œuvre de la reconversion de l’ancien site universitaire.

En cours de chantier depuis quelques mois, la tour du génie civil sera transformée en un zoning vertical de 12.000 mètres carrés. D’un budget de 20 millions d’euros, cette transformation devrait être achevée en 2016, ainsi qu’une partie des abords et les premiers aménagements du futur parc urbain.

Mais ce ne sera pas terminé pour autant, le bâtiment de la chimie, l’ancienne centrale, l’ancien site de la mécanique devront, eux aussi, être réhabilités et quelques parcelles seront confiées à des promoteurs : d’ici dix ans environ, ce sont au total 35.000 mètres carrés nouveaux qui seront mis à la disposition des entreprises et, insiste la SPI, présenteront « une alternative efficace et durable aux parcs d’activités installés en périphérie.  » Quelques commerces, des espaces verts et des lieux de détente seront aussi intégrés au projet. Le tout à proximité de l’entrée de l’autoroute, de la gare des Guillemins et de la ligne de tram.

La transformation des anciens auditoires du génie civil en un ensemble de lofts d’entreprises doit notamment passer par le placement de triple vitrage et de châssis haute performance sur les 4.500 mètres carrés de façades vitrées, la mise en place d’un nouveau système de chauffage et de ventilation…

Pour rappel, un marché public avait été lancé en janvier 2011 et quelques mois plus tard, cinq projets avaient été réunis par un comité de sélection mais deux recours ayant été déposés au Conseil d’Etat, il avait fallu attendre le printemps 2012 pour que l’auteur du projet soit connu. Ce sont les architectes Baumans-Deffet qui gèrent ainsi le chantier.