Les taxis demandent au gouvernement d’interdire Uber

Ils réclament une action du fédéral pour contrer« les pratiques illégales » du service de covoiturage.

Temps de lecture: 1 min

Le Groupement national des entreprises de voitures de Taxis et de Location avec chauffeur a écrit à Elke Sleurs (N-VA), secrétaire d’Etat à la Lutte contre la fraude fiscale, et Bart Tommelein (Open VLD), secrétaire d’Etat à la Lutte contre la fraude sociale pour que « le gouvernement fédéral agisse contre les pratiques illégales d’Uber », ce service qui met en relation des passagers et des automobilistes qui ne sont pas des chauffeurs professionnels.

La fédération réagit à la décision, aux Pays-Bas, d’un juge néerlandais qui a interdit lundi le service controversé « UberPOP », estimant que l’application viole la loi sur les taxis.« Les compagnies de taxis belges sont satisfaites de cette loi aux Pays-Bas », a précisé Pierre Steenberghen, secrétaire du Groupement national des taxis.

Une procédure contre Uber est déjà en cours, au tribunal de commerce. Une décision est attendue pour septembre. « Nous ne voulons pas attendre si longtemps », a déclaré, à ce sujet, le patron des Taxis verts, une grande compagnie bruxelloise, qui appelle aussi à ce que « le gouvernement fédéral prenne ses responsabilités, comme le gouvernement l’a fait aux Pays-Bas ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une