CarAsap, un concurrent belge «légal» à Uber, va débarquer à Bruxelles

L’appli de réservation de véhicules avec chauffeur CarAsap sera lancée le 1er février à Bruxelles et dans les deux Brabants, ciblant les particuliers mais aussi et surtout les entreprises.

La formulation est importante par les temps qui courent : CarAsap se présente comme « un service légal de transport à la demande de personnes, qui met en relation des utilisateurs (entreprises ou particuliers) et des chauffeurs professionnels via une technologie innovante ». Le ‘légal’, bien qu’une évidence, a toute son importance. La start-up bruxelloise mise sur la bonne entente avec les pouvoirs publics, dans le respect du cadre social, fiscal et administratif, nous explique Jonathan Guzy, l’un des trois cofondateurs. « Notre ambition est aussi d’aider à régler les importants problèmes de mobilité à Bruxelles. »

Un premier coup de pouce est déjà venu des autorités bruxelloises, puisque CarAsap a remporté hier le Grand Prix du 6e concours entrepreneurial BoostCamp, organisé par le Microsoft Innovation Center de Bruxelles. Ce MIC est un partenariat 50-50 entre la multinationale américaine et la Région bruxelloise, représentée par le Ministre Gosuin. En plus d’un chèque de 3.000 euros remis par Innoviris, CarAsap espère que sa récompense BoostCamp va lui ouvrir les portes de subsides.

Il n’est pas si fréquent qu’un projet lauréat soit aussi avancé : CarAsap a déjà été constituée en SA, emploie 5 personnes à temps plein et bénéficie déjà de moyens substantiels. « Plusieurs centaines de milliers d’euros, apportés par des investisseurs privés » affirme Jonathan Guzy, évasif. Parmi ceux-ci figurent Julien Pestiaux (partenaire chez la société de conseils en compensation CO2 Climact) et Marc Melviez (le CEO de l’éditeur de logiciels Luciad). Et surtout, l’application va être lancée dès ce 1er février, dans une version web mais aussi sur les smartphones Android et iOS.

« Notre appli est un outil simple et pratique de réservation qui ne fonctionne qu’avec des chauffeurs professionnels. Ceux-ci possèdent tous une licence de société de location avec chauffeur (ndlr : législation sur les SLC, comparable à celle sur les VTC à Paris), dans le respect total de la législation sociale. De plus, notre système interdit tout transfert d’argent en cash et permet donc aux autorités d’avoir un contrôle sur le paiement de la TVA. » Jonathan Guzy estime qu’il y a près de 600 de ces chauffeurs « SLC » à Bruxelles, les plus ‘visibles’ étant ceux qui opèrent des services de limousine. Ils travaillent avec une plaque d’immatriculation spéciale (TX) et doivent remplir certaines conditions pour exercer (certes moins contraignantes que la législation très stricte sur les taxis).

CarAsap voit dans la modernisation des services de réservation de véhicules avec chauffeur une alternative fiable, confortable et abordable à « des taxis bruxellois monopolistiques, parmi les plus chers en Europe, » dixit Jonathan Guzy.

CarAsap cible les particuliers qui cherchent une alternative aux taxis sur base d’une réservation, mais aussi et surtout les entreprises, qui pourraient même voir dans le service une alternative partielle à la voiture de société.

À la différence de Djump, autre start-up belge qui se positionne sur le créneau du « covoiturage » entre particuliers, CarAsap ne mise pas sur l’économie collaborative. « Par contre, notre solution permet de mutualiser des courses entre des employés d’une même entreprise par exemple. »

L’application a été conçue en partenariat avec Addison Lee, leader de la location avec chauffeur (4.500 véhicules) à Londres. Cette société a déjà développé une appli semblable à celle de CarAsap pour LeCab à Paris et à Londres (800 voitures). « LeCab est notre modèle, contrairement à Uber, » insiste Jonathan Guzy.

CarAsap va démarrer en février avec une vingtaine de véhicules.