Charles Michel «entarté» aux frites mayonnaise au Cercle de Wallonie (photos et vidéo)

Au moment de prendre la parole au Cercle de Wallonie ce lundi midi pour exposer aux patrons wallons son programme politique et économique, le Premier ministre Charles Michel a été interrompu par quatre manifestantes du mouvement LitihS (ex-Femen) qui l’ont « entarté » de « frites mayonnaise» avec un slogan : « Austérité dehors, Michel dégage  ». Ceux-ci s’étaient présentées comme des étudiantes de l’UCL.

Elles ont ensuite été évacuées par le service d’ordre, visiblement pris par surprise.

« Le bien-être est laissé à la porte des ministères »

Dans un communiqué, le mouvement des LilithS a affirmé que«le modèle social est détruit au nom d’une compétitivité absurde qui laisse le bien-être de la population à la porte des ministères».

«Au peuple belge on ne laisse que les frites sauce austérité. C’est pourquoi nous jetons à leur visage le symbole d’une Belgique qu’ils démantèlent», ajoutent ces militantes. «La Belgique se portait mieux sans gouvernement. Michel dégage», lancent-elles, en prévenant: «Nous sommes multiples. Nous surgirons de l’espace public dans vos sphères de pouvoir chaque fois que cela sera nécessaire».

Après avoir changé de chemise, Charles Michel a repris son discours, sans cravate et sans veston, sous les applaudissements nourris de l’assistance largement acquise au programme de son gouvernement de centre-droit.

«Cela n’a pas été le cas au début», a-t-il fait caustiquement observer lors d’une période de questions-réponses. Si le Cercle de Wallonie a décidé de porter plainte, ce n’est pas le cas du Premier ministre.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Chef de l'État