5 conseils pour soigner la gueule de bois

En cette période de fêtes, il n’est pas rare de boire plus que de raison et donc de courir le risque de se réveiller le lendemain avec une « gueule de bois ». Voici cinq conseils pour atténuer ses effets.

Temps de lecture: 4 min

Sensation d’avoir un marteau-piqueur dans le crâne, nausées, vomissements, le cœur qui bat plus vite, malaise général au lendemain d’une soirée bien arrosée ? Pas de doute, vous avez la gueule de bois. Le terme n’est évidemment pas médical, mais il traduit toutefois le sentiment d’avoir la bouche sèche comme du bois.

Les médecins parlent de « xylostomiase » (du grec ancien xilon – bois et stoma – bouche) ou de « veisalgie », un néologisme récent formé en 2000 par des chercheurs américains à partir d’un mot norvégien « kveis » (malaise qui suit la débauche) et du grec « algia » (douleur).

Pourquoi ?

Notre foie transforme l’alcool que nous buvons en divers composés chimiques dont l’acétaldéhyde dont la transformation en acétate peut mettre plus de 24h et dont la sursaturation dans notre organisme provoque certains malaises. En réalité, le foie ne peut éliminer plus de 35ml d’alcool éthylique pur par heure, soit l’équivalent d’un verre de bière, de vin ou d’alcool.

« Ce processus d’élimination, explique Science et Avenir, engage plusieurs mécanismes biologiques qui restent encore méconnus des scientifiques. L’un des effets connus et directement corrélé à la gueule de bois est la difficulté pour le cerveau à sécréter l’hormone antidiurétique (ADH), une molécule qui aide le corps à retenir l’eau et rend donc les urines plus concentrées. Moins cette hormone est sécrétée, plus l’organisme « gaspille » de l’eau pour éliminer l’alcool. C’est pourquoi l’excès d’alcool est souvent associé à un phénomène de déshydratation. » C’est aussi la raison pour laquelle nous allons plus souvent uriner.

Ce phénomène de déshydratation va s’aggraver avec la consommation d’alcool et entraîner, notamment, un déséquilibre acide/base dans notre organisme, des modifications hormonales, un déséquilibre glycémique (le taux de sucre dans notre sang) ou de certaines molécules qui vont enflammer les tissus de votre estomac (la « gastrite alcoolique »).

Le lendemain ?

Le meilleur remède pour éviter la gueule de bois, cela tombe sous le sens, c’est évidemment de ne pas boire d’alcool, ou du moins sans excès. On estime que la gueule de bois se ressent surtout après 3 à 5 verres pour une personne de 60kg et 5 à 6 verres pour une personne de 80kg. Ce qui fait quand même une bonne bouteille de vin.

Pour éviter ou limiter les effets de la gueule de bois, voici 5 conseils connus et reconnus !

Hydratez-vous abondamment :Il n’existe en réalité aucun remède scientifiquement validé, le meilleur conseil est de s’hydrater abondamment, tant pendant la soirée (alterner prise d’alcool et d’eau non gazeuse) qu’avant d’aller vous coucher (au moins 1 litre d’eau).

Ne prenez pas de boisson caféinée:Le café fort ou salé, contrairement à ce que d’aucuns prétendent, n’aidera pas à soulager votre gueule de bois. Au contraire, le café a des effets diurétiques qui ne feront que vous déshydrater davantage et la caféine qu’il contient peut également faire augmenter votre rythme cardiaque déjà modifié par la prise d’alcool. Essayez plutôt une tisane à la menthe ou une infusion, mais évitez également le thé ainsi que toutes les boissons caféinées (colas).

Évitez les médicaments :l’alcool interagit négativement avec plus de 150 médicaments. Il est utile de savoir que le métabolisme de l’alcool peut renforcer l’effet toxique du paracétamol pour votre foie et que l’aspirine ou l’ibuprofène, s’ils soulagent les maux de tête, peuvent irriter votre estomac et aggraver votre gastrite alcoolique. A éviter donc, tant que faire se peut.

Mangez léger : toasts grillés et bouillon salé, pas trop gras, vous aideront à passer la journée du lendemain que vous passerez au calme. Rien de tel qu’une bonne sieste pour attendre la remise en état de votre foie. Et pas de somnifère surtout…

Pas d’alcool : rien de tel qu’une bonne petite bière pour se remettre ? Que nenni. Même si vous avez le sentiment que cela peut vous faire du bien, remettez cela au surlendemain et avec modération, bien sûr.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une