Parc Léopold: le collectif réussit son pari

Début novembre, le collectif qui lutte pour la sauvegarde du parc Léopold avait lancé sa première collecte de fonds, via la plateforme de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank. Leur objectif ? Rassembler 3.350 euros d’ici le 2 janvier. Et il fallait atteindre ce montant pour effectivement toucher l’argent.

Ce vendredi après-midi, c’était chose faite. Le site affichait la somme de 3.402 euros. Contacté par nos soins, Marcel Guillaume, porte-parole du collectif, ignorait que le montant avait été atteint : « C’est une excellente nouvelle ! Je vous avoue qu’on avait encore une réunion ce vendredi matin. Il nous restait sept jours pour récolter 450 euros. On se demandait comment on allait faire, même si on était empreint d’optimisme. »

En tout, plus d’une centaine de citoyens ont donné 5-10-20 euros ou plus. Et ils peuvent encore le faire via le site, jusqu’au 2 janvier. Il s’agit ici d’une petite victoire pour tous les membres du collectif qui se battent pour préserver le parc Léopold, situé sur le square du même nom et qui pourrait bientôt faire place à un immense centre commercial.

La somme rassemblée ici doit servir à la campagne du collectif en faveur du « Non » aux trois questions auxquelles devront répondre les Namurois lors de la consultation populaire.

« La somme va essentiellement servir à publier les flyers avec notre argumentaire qui va aller inciter les gens à aller voter, si possible en faveur du “Non”. Et il va falloir les déposer dans pas moins de 44.500 boîtes aux lettres. »

Mais Marcel Guillaume est bien conscient que les 3.400 euros rassemblés ici (dont le site prendra un pourcentage de 8 %) sont bien ridicules par rapport aux moyens déployés par la Ville, qui affiche un budget de campagne de… 38.000 euros !

« Il faudrait près du double de la somme récoltée pour être à l’aise avec tous les frais, les recours… Là, on gratte les fonds de tiroir. Les deux dernières années ont coûté très cher aux associations du collectif. Financièrement, on est un peu au bout. »