S'identifier S'abonner

Afghanistan: l’Otan s’en va, les talibans restent

La mission de l’Otan en Afghanistan est officiellement terminée. Le bilan des opérations est mitigé: les talibans n’ont pas été maîtrisés.

Journaliste au service Société

Par Catherine Joie

Temps de lecture: 4 min

Rideau ! La mission des forces de l’Otan en Afghanistan est officiellement terminée. Ce dimanche, lors d’une cérémonie organisée dans un hall sportif du quartier général de l’Otan à Kaboul, le général américain John Campbell a clôturé treize années de guerre menées par les Etats-Unis (en tête) et une cinquantaine de pays (dont la Belgique) contre les talibans. Le général a tiré un trait sur la mission de la Force internationale d’assistance et de sécurité (Isaf) avec un discours empreint d’autosatisfaction : « Ensemble, nous avons élevé les Afghans hors des ténèbres et du désespoir, et nous leur avons donné de l’espoir pour l’avenir. »

Le président Obama a salué la fin de la mission. « A présent, et grâce à l’extraordinaire sacrifice de nos hommes et femmes en uniforme, notre mission de combat se termine et la plus longue guerre dans l’histoire des Etats-Unis s’achève de manière responsable », a-t-il déclaré.

Treize ans après l’invasion occidentale de l’Afghanistan, en réponse aux attentats du 11-Septembre, le bilan chiffré de cette guerre est impressionnant : jusqu’à 150.000 soldats ont été mobilisés simultanément sur place (dont 75 % d’Américains) ; 3.485 soldats ont perdu la vie dans les combats ; plus de 800 milliards d’euros ont été déboursés… « L’Isaf a été la coalition militaire la plus importante de ces dernières années et représente un effort international sans précédent, a souligné Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan. Grâce aux efforts remarquables de nos forces, nous avons atteint l’objectif que nous nous étions fixé. Nous avons rendu nos pays plus sûrs, en privant les terroristes internationaux d’un sanctuaire. Nous avons rendu l’Afghanistan plus fort, en mettant en place de solides forces de sécurité auparavant inexistantes. »

Pourtant, certains doutent de la réussite de la mission internationale en Afghanistan. Par exemple, aux Etats-Unis, seuls 23 % des militaires pensent que la mission a été accomplie, tandis que d’autres observateurs doutent de la capacité des forces afghanes (350.000 militaires et policiers) à prendre le relais des forces de l’Alliance atlantique pour combattre les talibans. Ils craignent que ces forces de sécurité soient incapables de bloquer l’avancée des talibans, comme c’est le cas en Irak pour l’armée irakienne face aux attaques des djihadistes de Daesh.

C’est pourquoi, dès le 1er janvier, l’Isaf sera remplacée par la mission RS (« Resolute Support » ou « Soutien résolu »). Il s’agit d’une autre mission de l’Otan, qui vise cette fois à aider et former l’armée afghane. Pour ce faire, quelque 12.500 militaires internationaux resteront en Afghanistan jusqu’à 2016 (ou 2017, pour 50 % d’entre eux) et l’Otan complétera son intervention avec une aide financière de 4,3 milliards d’euros par an, durant deux ans.

Mais éradiquer les talibans ne sera pas une mince affaire, d’autant plus que les insurrections des talibans ont augmenté depuis le début de 2014. L’International Crisis Group souligne par exemple dans un rapport récent que « la tendance générale est à l’escalade de la violence et aux attaques des insurgés ». En un an, plus de 4.500 policiers et militaires afghans ont été tués suite, notamment, aux attaques des talibans. Ce qui représente plus que le nombre de décès de soldats de l’Otan en treize ans de conflits…

Un cadre de l’Otan à Kaboul est particulièrement inquiet quant à la suite des événements, sans les milliers de militaires américains et de l’Otan déployés sur place. Il a déclaré au quotidien Le Monde que « le risque est que les talibans opèrent des regroupements plus massifs, sans craindre d’être bombardés par les airs. »

Et alors que le nouveau président afghan Ashraf Ghani (élu fin septembre 2014) tente de renouer le dialogue avec les talibans, le porte-parole de ces derniers a déclaré hier, après la cérémonie organisée au quartier général de l’Otan à Kaboul : « Nous ne tiendrons pas de pourparlers de paix en présence de troupes de l’Otan en Afghanistan. » Vu que 12.500 soldats internationaux seront mobilisés pour un au ou deux dans le pays, cela ne va pas faciliter les négociations.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP