Cancer: le rôle clé d’un gène est révélé

Des chercheurs de l’ULB dévoilent dans la revue de référence Cell Stem Cell le rôle d’un gène qui pilote un nouveau mécanisme moléculaire expliquant la création de certains cancers de la peau, mais aussi la vitesse de leur progression. Les chercheurs ont étudié le carcinome spinocellulaire, le deuxième cancer de la peau le plus fréquent puisqu’il affecte plus d’un demi-million de patients par an.

L’équipe, menée par le professeur Cédric Blanpain, de l’Institut interdisciplinaire en recherche humaine et moléculaire (IRIBHM) de l’ULB, dévoile le rôle du gène baptisé « Twist1 » au sein de cellules-souches cancéreuses, décrites dans de nombreux cancers comme à la base de la croissance tumorale et dont l’activité pourrait expliquer la résistance au traitement et notamment la récidive de certains cancers après thérapie.

Les chercheurs ont utilisé des modèles de souris génétiquement modifiées pour comprendre les mécanismes moléculaires par lesquels Twist1 contrôle l’initiation et la progression des cancers de la peau. Contrairement à ce qui était admis jusqu’alors, ce fameux facteur de transcription, qui n’est pas exprimé dans les cellules de la peau, n’est pas présent qu’aux stades ultimes de la tumeur, mais dès les stades précoces des cancers cutanés. Ils ont démontré qu’invalider Twist1 réduit radicalement la formation de tumeurs de la peau, démontrant son importance dans les stades initiaux de la formation de la tumeur.

« Ce fut une surprise de constater que Twist1 jouait un rôle au stade si précoce dans la formation des tumeurs », commente le Dr  Benjamin Beck, coauteur de l’étude. Des niveaux faibles de Twist1 sont requis pour l’initiation tumorale tandis que des niveaux plus élevés sont nécessaires à la progression tumorale. Ces chercheurs ont aussi découvert que Twist1 est essentiel à la maintenance des tumeurs et à la régulation des fonctions des cellules souches cancéreuses. Enfin, ils ont pu démontrer que ces différentes fonctions de Twist1 sont régulées par différents mécanismes moléculaires.

« Vu le grand nombre de cancers exprimant Twist1, ces différents mécanismes régulés par ce gène sont susceptibles d’être utilisés dans d’autres types de cancers », commente le professeur Cédric Blanpain.

Sur le même sujet
CancerTraitementsRecherche