S'identifier S'abonner

Un million de personnes attendues à Paris pour la «marche républicaine»

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président palestinien Mahmoud Abbas seront présents. Charles Michel aussi.

Par AFP

Temps de lecture: 5 min

Paris doit se muer dimanche en capitale du monde contre le terrorisme en accueillant une immense et très internationale manifestation d’hommage aux 17 personnes tuées cette semaine par trois jihadistes français.

Dirigeants du monde entier, partis, syndicats, groupes religieux juifs, chrétiens, musulmans, associations, personnalités vont accompagner une foule monstre de plusieurs centaines de milliers de personnes. Tout semble ainsi réuni pour faire du 11 janvier, avec sa marche républicaine, un jour historique.

C’était au départ un hommage aux victimes de jihadistes revendiqués, à commencer par les irrévérencieux dessinateurs de Charlie Hebdo massacrés mercredi, puis une jeune policière jeudi, et quatre personnes dans une supérette casher vendredi. C’est devenu progressivement un sommet à haute résonance diplomatique.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le président palestinien Mahmoud Abbas et le couple royal jordanien étaient ainsi attendus à Paris pour se joindre à François Hollande à partir de 15H00. De même que le président ukrainien, Petro Porochenko, et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Avant M. Hollande, seul un président français avait déjà participé à une manifestation de rue : François Mitterrand, en 1990, après la profanation du cimetière juif de Carpentras.

Le défilé, avec deux parcours pour permettre de drainer la foule immense, est prévu entre République (15H00) et Nation, deux grandes places de l’est parisien distantes de trois kilomètres.

Participeront aussi huit présidents africains et les plus hauts dirigeants européens, d’Angela Merkel à David Cameron, de Mariano Rajoy à Jean-Claude Juncker. Le président des États-Unis, Barack Obama, ne sera en revanche pas présent, a confirmé à l’AFP un responsable américain. Mais Washington est solidaire de Paris : « Aucun acte de terrorisme n’arrêtera jamais la marche de la liberté », a salué dimanche le secrétaire d’État, John Kerry.

Mobilisation internationale

Au total, ce sont près de 50 dirigeants et responsables étrangers que François Hollande, omniprésent sur tous les fronts de la crise depuis mercredi, devrait recevoir auparavant à l’Elysée.

Les journaux français lancent dimanche un appel unanime pour la défense des libertés et à la « résistance », quelques heures avant la marche parisienne. Ainsi, Le Monde appelle à « marcher contre la terreur », le Journal du Dimanche souligne que « Le monde se lève », alors qu’Aujourd’hui en France/Le Parisien titre : « Ensemble ». Libération paraît exceptionnellement avec en Une le « Je suis Charlie » emblématique de la mobilisation des Français.

À l’Elysée, on a salué à la fois « la mobilisation internationale exceptionnelle » et l «’union nationale ». Mais a-t-on ajouté, il s’agit d’abord du « rassemblement du peuple français ». Ce que confirme un sondage Ifop Paris Match publié samedi soir : 97 % des Français jugent nécessaire de faire preuve d’unité nationale. A noter que seuls 17 % des Français avouent avoir peur, après les attaques, selon un sondage Odoxa, pour Le Parisien Dimanche/Aujourd’hui en France.

L’unité nationale est doublée désormais d’une union sacrée planétaire. Les familles des victimes doivent marcher en tête du cortège. Suivront le chef de l’État et les hôtes étrangers, puis les personnalités politiques françaises.

Tous les partis seront là à l’exception du FN. Marine Le Pen, vexée de ne pas avoir été invitée formellement, a appelé à manifester en province et non à Paris. Elle-même sera à Beaucaire, une mairie d’extrême droite. De nombreux rassemblements sont en effet également prévus en province, notamment à Lyon, Bordeaux, ou encore Reims. Comme samedi, des rassemblements doivent aussi avoir lieu à l’étranger, à Londres, Berlin ou Washington notamment.

Les mobilisations impressionnantes samedi dans les grandes villes de province – 700.000 personnes en tout, selon l’Intérieur, 120.000 dans la seule Toulouse – semblaient augurer de chiffres massifs, d’autant que la météo doit être clémente.

« Plusieurs centaines de milliers » de manifestants, a prudemment avancé Bernard Cazeneuve, « des millions », s’est aventuré le Premier ministre Manuel Valls. Le record reste la liesse collective de quelque 1,5 million de personnes descendues dans les rues de la capitale pour la victoire au Mondial de football en 1998.

Manuel Valls a promis des mesures de sécurité à la hauteur. Elles seront draconiennes avec 2.200 hommes mobilisés, 10 stations de métro fermées, le stationnement interdit. Cette manifestation intervient alors que le plan Vigipirate est à son niveau le plus élevé – « alerte attentat » – en Ile-de-France.

Dans le cadre de ce plan, 2.000 policiers et 1.350 militaires protègeront en outre les sites sensibles à Paris et son agglomération : sièges des médias, lieux de culte, écoles confessionnelles, bâtiments publics, représentations diplomatiques.

Dimanche matin, en Allemagne, un quotidien de Hambourg, qui avait publié des caricatures de Mahomet venant de Charlie Hebdo a été la cible d’une attaque avec un engin incendiaire, sans qu’il y ait eu de blessés.

Rendez-vous à l’Elysée

La couverture médiatique devrait être elle aussi exceptionnelle, comme elle l’a été tout au long d’une crise qui a été comparée à un « 11 septembre » français.

Mais la journée de l’exécutif ne se résume pas à ce cortège. L’agenda de Hollande est sans répit. Il reçoit d’abord le matin, avec son Premier ministre, les représentants de la communauté juive, avec qui il devrait évoquer ce qu’il avait qualifié dès vendredi d’« acte antisémite effroyable » commis porte de Vincennes par un affidé de Daech. Il devait par ailleurs se rendre à la grande synagogue de la rue de la Victoire à 18H30.

À 12H00, le gouvernement sera au grand complet à l’Elysée. Suivront à 13H00 les ex-présidents et ex-Premiers ministres. Dans la première catégorie, seul son prédécesseur Nicolas Sarkozy a accepté l’invitation, déclinée par les octogénaires Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac. Mais les ex-chefs de gouvernement seront au complet, de Michel Rocard à Jean-Marc Ayrault, en passant par Alain Juppé.

François Hollande accueillera aussi à l’Elysée dirigeants internationaux et personnalités françaises et se rendra ensuite avec eux à la marche républicaine. Son ministre de l’Intérieur aura aussi fort à faire, outre la sécurisation du cortège monstre sur fond de nouvelles menaces formulées contre la France. Ainsi qu’une réunion internationale sur le terrorisme avec 11 ministres de l’Intérieur européens et le ministre américain de la Justice, Eric Holder, proche de Barack Obama.

Après ces temps d’hommage, de deuil et de communion viendront sans nul doute celui des débats, des mises en cause, des doutes sur les systèmes de sécurité où, a admis M. Valls, il y a eu « des failles ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Génération Demain la Terre Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Concours Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Oeuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be Passion Santé L'Echo SudInfo Metro Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP