Wallonie: nouveau ralentissement du développement éolien en 2014 (vidéo)

Au cours de l’année 2014, neuf nouvelles éoliennes ont été installées en Wallonie, totalisant une puissance supplémentaire de 25 MW, indiquent jeudi l’APERe, qui assure une mission de facilitateur éolien pour la Wallonie, et Edora, la fédération des énergies renouvelables. Le développement éolien accuse un ralentissement important depuis quatre ans, relèvent les deux associations. Après avoir enregistré une croissance de 58% en 2010 et de 22% en 2011, le développement éolien en Wallon est retombé à 9% en 2012, 5% en 2013 et 4% en 2014. La croissance atteint 14% en 2014 pour l’ensemble de la Belgique.

La consommation de plus de 386.000 ménages

Si neuf nouvelles éoliennes ont vu le jour en 2014 en Wallonie, des projets éoliens d’une capacité de 78 MW sont en construction. D’autres projets wallons totalisant une puissance de 83 MW ont été autorisés définitivement.

Avec la mise en fonction en 2014 de deux parcs supplémentaires à Spy (trois éoliennes) et à Chimay-Baileux (cinq éoliennes) et de l’extension du parc de Frasnes-Lez-Anvaing (une éolienne), la Wallonie atteint désormais une puissance installée de 643 MW qui permet de produire près de 1.354 GWh/an, soit l’équivalent de la consommation de plus de 386.000 ménages.

59 nouveaux mâts en Flandre

La filière souffre toutefois d’un ralentissement en raison notamment d’un nombre élevé de recours, principalement au Conseil d’État (37 projets actuellement), regrettent les deux associations.

En 2014, 59 nouveaux mâts ont été implantés en Flandre, «soit six fois plus qu’en Wallonie», met en exergue Edora. Les 771 turbines installées en Belgique ont eu une capacité de 1.959 MW, ce qui équivaut à la couverture de la consommation électrique annuelle de plus de 1,2 million de ménage. «En cette période hivernale et venteuse, la production éolienne est des plus bénéfiques pour diminuer le risque de pénurie d’électricité», insiste la fédération des énergies renouvelables.

Ambiguïté du gouvernement wallon

Edora critique l’insécurité juridique découlant de la réglementation éolienne actuelle qui conduit, selon elle, aux recours devant le Conseil d’État ainsi que les déclarations ambiguës de l’actuel gouvernement wallon dans ce dossier.