Voici les douze mesures du gouvernement Michel contre le terrorisme

Le gouvernement pourra faire appel à l’armée pour renforcer la sécurité du pays, a annoncé le Premier ministre, alors que les militaires n’assurent jusqu’ici pas de maintien de l’ordre.

Comme il l’avait fait jeudi soir, Charles Michel a commencé sa conférence de presse en félicitant les services de police.

« Je veux remercier et féliciter l’ensemble des services de renseignement, de police et judiciaire qui ont coopéré pour déjouer des attentats imminents », a expliqué le Premier ministre.

« Je veux aussi remercier les autorités françaises qui ont apporté un appui technique dans le cadre des opérations », a-t-il ajouté.

« A l’heure actuelle, nous n’avons pas connaissance d’une menace concrète et précise », a détaillé Charles Michel. « Mais nous savons que le risque zéro n’existe pas, ni en Belgique, ni ailleurs ».

« La vigilance est renforcée dans le pays »

Dans ce cadre, douze mesures pour renforcer la lutte contre le terrorisme ont été présentées.

1. Extension des infractions terroristes et adaptation de la législation pour une sanction plus effective. Insertion d’une nouvelle infraction terroriste relative au déplacement à l’étranger à des fins terroristes, dans le code pénal.

2. Extension de la liste des infractions donnant lieu à l’utilisation des méthodes particulières de recherche (art 90ter Code d’instruction criminelle). Sont visés : incitation au terrorisme, recrutement et formation et déplacement à l’étranger à des fins terroristes.

3.  Elargissement des possibilités de retrait de la nationalité.

4. Retrait temporaire de la carte d’identité  et refus de délivrance et retrait de passeport. Possibilité de retirer les passeports et les cartes d’identité quand la personne concernée présente un risque pour l’ordre public et la sécurité.

5. Mise en œuvre du gel des avoirs nationaux.  Activer le mécanisme prévu par la loi pour identifier les personnes impliquées dans le financement du terrorisme et dont les avoirs seront gelés.

6. Révision de la circulaire « Foreign Fighters » du 25 septembre 2014. La circulaire de 2014 relative à la gestion de l’information et aux mesures de suivi concernant les « Foreign Fighters » qui séjournent en Belgique sera adaptée. On visera ici une simplification des structures actuelles et une répartition plus claire des tâches entre les services ainsi qu’une systématisation dans la manière dont s’opère le suivi.

7. Echange de l’information.  Echange de l’information. Optimiser l’échange d’information entre les autorités et services administratifs et judiciaires.

8. Révision du plan R. La révision du plan de 2005 contre la radicalisation est accélérée afin de tenir compte des évolutions récentes.

9. Radicalisme dans les prisons.  Lutte contre la radicalisation dans les prisons, par, d’une part, une meilleure détection des détenus radicalisés et ceux qui encouragent la radicalisation, et d’autre part, la prise de contre-mesures. Formation du personnel pénitentiaire et collaboration avec les conseillers et islamiques revêt d’une importance centrale.

10. Réforme des structures du renseignement et de la sécurité.  Réforme des structures du renseignement et de la sécurité. Officialisation du conseil national de sécurité.

11. Appel à l’armée pour des missions spécifiques de surveillance. Appel à l’armée pour des missions spécifiques de surveillance. « L’armée sera disponible afin de renforcer notre niveau de sécurité », a déclaré Charles Michel.

12. Renforcement de la capacité d’analyse de la Sûreté de l’Etat.

Les dernières informations sur mobile