Namur: la Ville et un collectif citoyen se livrent un combat inégal autour du parc Léopold

Plus la date fatidique du 8 février approche, jour où tous les habitants de la commune namuroise âgés de plus de 16 ans pourront rejoindre les urnes et se prononcer sur l’avenir du square Léopold, plus la disparité des moyens débloqués par la Ville de Namur et ceux du collectif citoyen apparaît clairement. La semaine dernière, la Ville admettait une dépense de 38.000 euros pour des spots publicitaires et une campagne de communication où elle va faire valoir son point de vue. Cette semaine, le collectif pour la sauvegarde du parc Léopold lance… un appel aux bénévoles afin de distribuer 31.000 affichettes dans toutes les boîtes aux lettres de la commune. Le fossé qui sépare les forces financières mises en œuvre par les deux protagonistes a de quoi laisser pantois.

« Le collectif appelle à voter 3 fois “non” pour ne pas tomber dans le piège grossier des questions manipulatrices proposées par la Ville de Namur, assène Marcel Guillaume, porte-parole de ceux qui n’acceptent pas en l’état le projet d’un centre commercial qui raboterait une partie du parc Léopold. Ne disposant pas des moyens financiers pour faire distribuer le feuillet d’information et, afin de nous permettre de faire part de nos arguments à la population namuroise, nous n’avons d’autre choix que de chercher des bénévoles pour distribuer 31.000 feuillets d’information. »

Recours du collectif rejeté

On rappellera que récemment, le gouvernement wallon a rejeté le recours introduit par le collectif. Avec deux conséquences directes. Primo, la consultation populaire validée est bien la démarche de la Ville, et non celle des citoyens. Secundo, ces derniers devront prendre en charge la totalité des frais de publicité présentant leur point de vue, alors qu’ils auraient eu un budget régional si la primauté avait été accordée à leur démarche.

Sur le même sujet
Politique