Bart De Wever ne veut pas de Pegida Vlaanderen à Anvers

Le bourgmestre flamand n’a pas accordé l’autorisation pour des raisons de sécurité.

Temps de lecture: 2 min

Pegida Vlaanderen, le mouvement flamand qui soutient les objectifs de l’organisation allemande anti-islamisation du même nom (Pegida, pour « Patriotische Europäer Gegen die Islamisierung des Abendlandes »), n’a pas reçu du bourgmestre Bart De Wever d’autorisation pour manifester à Anvers le lundi 26 janvier.

Le porte-parole du maïeur N-VA a informé la presse de ce refus mercredi soir. La contre-manifestation planifiée par Hart boven Hard, un mouvement citoyen pour la solidarité et l’égalité, n’a pas non plus reçu d’autorisation. La décision a été prise sur base de l’avis négatif rendu par la police locale au sujet des deux actions.

«  Le niveau d’alerte 3 est encore d’application sur tout le pays, et les deux manifestations comprennent un risque pour la sécurité publique dans le contexte actuel. Elles nécessiteraient dès lors un encadrement policier important », indique-t-on du côté du bourgmestre, qui ne souhaite par ailleurs faire aucun autre commentaire.

Pegida Vlaanderen souhaitait tenir une manifestation lundi à l’instar des actions hebdomadaires rassemblant un peu partout en Allemagne des sympathisants du mouvement Pegida, qui se déclare «  contre l’islamisation du Vieux Continent ».

Regain de notoriété depuis les attentats

La page facebook de la manifestation du 26 janvier rassemblait mercredi plus de 7.000 « likes ». 526 personnes avaient par ailleurs indiqué mercredi soir leur participation à la manifestation, décrite comme un «  rassemblement populaire pour la liberté et contre l’islamisation ». «  Depuis la Flandre, nous soutenons le mouvement Pegida en Allemagne : contre l’islamisation du Vieux Continent et la terreur musulmane, pour la démocratie et la liberté », indiquent les organisateurs sur le réseau social.

La « base » du mouvement Pegida est située à Dresde, dans l’est de l’Allemagne. Le mouvement, qui a connu un regain de notoriété spectaculaire à la suite de la série d’attentats survenue en France au début du mois de janvier, milite pour une politique d’immigration très restrictive et contre « l’islamisation » de la société.

Ses manifestations hebdomadaires du lundi, organisées depuis octobre, ont fait des émules durant le mois de janvier : quelques centaines de personnes se réclamant de Pegida ont défilé à Oslo le 12 janvier, avant des manifestations annoncées au Danemark et en Flandre.

 

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    Sur le même sujet La UneLe fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une