Standard-Anderlecht: le pire du football belge en 90 minutes

Le football belge, qui avait redoré son blason en 2014 avec l’incroyable engouement autour des Diables rouges, est retombé dans ses travers, ce dimanche, à Sclessin. Une chute lourde et lamentable. En cause, un « tifo » honteux décapitant Steven Defour, « coupable » d’être passé de Liège à Bruxelles, via Porto, l’été dernier. Entendons-nous bien : la provocation des supporters, elle fait partie de l’ADN du football et elle fait même son charme depuis un siècle. Mais ici, il n’est pas question de folklore ou de moquerie, ni même de liberté d’expression, mais de respect des lois, d’incitation à la haine et de bêtise humaine, décidément incommensurable. Il est à la fois interpellant et inquiétant que cette banderole de plus de mille mètres carrés ait pu être déployée sans que personne - responsables des supporters, stewards, club, police - ne s’interpose ou ne ramène quelques énergumènes à la raison. Le tout alors que les supporters du Standard n’en sont pas à leur coup d’essai, loin de là.

Si on ne met pas fin à ces dérives, si on n’interdit pas ces banderoles dans les tribunes, si on n’est pas capable de faire la différence entre la provocation et l’incitation à la violence et à la haine, comment pourra-t-on sérieusement parler de fair-play et de respect aux centaines de milliers d’enfants qui jouent au foot dans le Royaume ? Et aux millions de supporters ? Reste à savoir qui va s’élever de la mêlée pour rétablir des règles et remettre de l’ordre et du bon sens. Car les dérives de ce dimanche, à Sclessin, elles sont peut-être le reflet de la société, comme on le dit souvent, mais elles sont aussi le produit d’un climat malsain entretenu par les clubs de D1 souvent incapables de voir plus loin que leur petit intérêt personnel et trop souvent occupés à se mettre des bâtons dans les roues, par une Ligue pro toujours aussi faible et - oui - par la presse, parfois trop encline à transformer le sport en combat. Quoi qu’il en soit, tout n’est pas permis aux supporters du Standard - et aux autres - sous prétexte qu’ils seraient l’âme d’un club ou de je-ne-sais-quoi. Si on accepte sans ciller le tifo de ce dimanche, il faut arrêter tous les matchs de foot en Belgique. Sinon, on court les yeux fermés vers de pires dérives encore.

Dans plusieurs pays, on punit sévèrement ce genre de banderoles. Que va-t-il se passer chez nous ?

S’il veut garder, ou retrouver, de la crédibilité, le football belge doit agir.

Sinon, il sera complice.