Votre bureau gratuit à l’étranger

Le Coworking Visa

Temps de lecture: 2 min

Etre accueilli presque comme chez soi dans un espace de travail au bout du monde ? Trouver une alternative conviviale à la chambre d’hôtel pour travailler quelques heures ? Rencontrer des entrepreneurs d’autres cultures ? C’est ce que permet le Coworking Visa. Lancé en 2008 aux Etats-Unis par quelques pionniers de ce nouveau mode de travail selon lequel indépendants et entrepreneurs partagent pour un tarif avantageux non seulement un espace mais aussi une ambiance de travail, le Coworking Visa est une initiative non lucrative qui permet à un coworker actif dans l’un des quelque 450 espaces « membres » de se rendre gratuitement dans un autre espace n’importe où dans le monde. Par défaut, il peut bénéficier gratuitement de l’infrastructure de cet espace pendant 3 jours maximum. Les huit espaces de Coworking Wallonia font partie du réseau, tout comme le Betacowork à Bruxelles.

Un premier usager belge

Encore méconnu sous nos latitudes, le Coworking Visa vient de comptabiliser son premier usager belge. Régis Francart, membre du Coworking Namur depuis 3 mois et demi, l’a expérimenté il y a quelques jours à Hong Kong. Indépendant spécialisé dans l’import de jouets pour de grandes chaînes de magasins, il s’est rendu récemment à la Honk Kong Toys & Games Fair. Il en a profité pour découvrir The Hive, l’un des nombreux espaces de coworking à Hong Kong. Le Coworking Visa, dont il a entendu parler la veille de son départ, lui en a ouvert les portes gratuitement, par simple échange de mails. « J’ai été magnifiquement accueilli, rien à redire. J’y retournerai certainement. Je vais également prochainement en vacances en Thaïlande en famille, mais devrais quand même un peu travailler. Pour concilier agréablement les deux, je vais également utiliser cette formule. » Même si la convivialité et la qualité de l’infrastructure sont sans doute plus importantes que l’économie réalisée, Régis Francart rappelle à juste titre que les locations à la journée d’un poste de travail à New York ou Hong Kong sont bien supérieures à celles pratiquées en Belgique.

CoPass est une autre formule qui incite à du « coworking sans frontières ». Lancé par des gérants d’espaces de coworking à Paris et à Rome, ce pass facilite les échanges entre membres d’espaces du même réseau. Les espaces wallons en font partie. A la différence du Coworking Visa, le service est payant, ce qui explique qu’il est aussi mieux structuré et jouit déjà d’une plus grande visibilité dans le secteur. Croyant beaucoup à un monde du travail de plus en plus nomade, les initiateurs du CoPass planchent sur des formules qui permettent à des coworkers de se délocaliser pour quelques jours dans des espaces touristiques ou balnéaires, pour une mise au vert ou pendant les vacances tout simplement.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une