Baisse de la valeur nutritionnelle des fruits et légumes depuis 1950?

Plusieurs chercheurs affirment que les fruits, légumes et céréales ont moins de valeur nutritionnelle aujourd'hui qu'en 1950. Ils déclarent qu'une pomme en 2015 équivaut à 100 pommes il y a 65 ans.

Temps de lecture: 2 min

Ce n'est pas la première fois que des études arrivent à une telle conclusion. Le sujet refait d'ailleurs régulièrement surface sur les blogs santé et dans les médias. Selon différentes recherches menées par des scientifiques américains, canadiens et britanniques ces vingt dernières années, la valeur nutritionnelle de 75% des fruits et légumes aurait baissé. Aujourd'hui, pour retrouver le même taux de vitamine C dans une pomme de 1950, il faudrait en manger 100. Il faudrait 21 oranges pour la même concentration de vitamines A que dans une seule orange que mangeaient nos grands-parents. Et un brocoli de 2015 compte quatre fois moins de calcium qu'il y a 60 ans. Selon les spécialistes, cette baisse serait due aux croisements de différentes variétés, qui améliorent la résistance au détriment de l'apport nutritionnel, mais aussi aux modes de culture intensifs qui utilisent abondamment pesticides et autres produits chimiques. Résultat, les sols sont plus pauvres et donc la nourriture qui y pousse le devient tout autant. Mais du côté des acteurs du secteur agricole en Belgique, le résultat de ces études est contesté. "C'est une évolution. On travaille de plus en plus sur les variétés et le but n'est pas de diminuer leur valeur nutritionnelle mais le contraire. On veut absolument améliorer les variétés pour qu'elles soient plus résistantes à certaines maladies, pour éviter les traitements. On veut avoir une croissance plus régulière", explique ce mercredi Alain Delvigne, assistant technique au centre interprofessionnel maraîcher, à RTL-TVI. Les résultats de ces études font la part belle à l'agriculture biologique qui, elle, serait moins touchée par cette baisse de la valeur nutritionnelle des fruits et légumes. Une conclusion que le centre interprofessionnel maraîcher réfute encore tout en reconnaissant le bénéfice de l'agriculture biologique sur l'environnement.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une