S'identifier S'abonner

Berlinale: Nicole Kidman en «Lawrence d’Arabie» féminine dans Queen of desert

45 Years, Victoria et Queen of desert : aperçu des dernières projections de la Berlinale.

Journaliste au service Culture

Par Philippe Manche

Temps de lecture: 2 min

L’acteur Tom Courtenay s’est démarqué dans 45 Years de Andrew Haigh.

Quelques jours avant de célébrer leur 45 ème anniversaire de mariage, un événement trouble l’harmonie de Kate (Charlotte Rampling) et Geoff (Tom Courtenay). Ce dernier reçoit une lettre lui annonçant que le corps de son premier amour, disparu dans un accident de montagne il y a 50 ans, a été retrouvé congelé.

Comment le couple va-t-il faire face ? C’est tout l’enjeu de ce très beau film du réalisateur anglais qui s’appuie sur deux comédiens formidables dans la subtilité et l’introspection. Tom Courtenay est pour l’instant notre favori pour l’Ours d’Or du meilleur acteur.

Nicole Kidman et James Franco, entre autres, sont arrivés à Berlin ce vendredi pour présenter Queen of the desert, de Werner Herzog.

Le tempétueux réalisateur allemand signe un film mélodramatique et classique dans la lignée de ceux de David Lean. Ce biopic retrace l’histoire peu connue de Gertrude Bell, une poète et femme de lettres anglaise prise de passion pour le désert et ses nomades.

Nicole Kidman est tout bonnement exceptionnelle dans cette version féminine de « Lawrence d’Arabie » qui se déroule au Moyen Orient entre 1905 et 1915. Une décennie où Gertrude va jouer un rôle déterminant dans la politique de la région. Film d’aventures, certes, mais qui a aussi d’étranges résonances avec notre drôle d’époque actuelle.

>>> Voir la bande-annonce sur Dailymotion

Place aux thrillers avec le film Victoria, du réalisateur allemand Sebastian Schipper.

Une jeune femme croise à la sortie d’une boite de nuit quatre allumés dignes du Trainspotting de Danny Boyle. Victoria, Madrilène, a quitté son Espagne natale pour s’installer à Berlin. Ce film, beaucoup trop long, suit les pérégrinations de la jeune demoiselle avec la bande de bras casses avec qui elle choisit de trainer.

Bien sûr, elle en pince pour un des quatre et par amour, stupidité ou les deux, elle va se retrouver dans de solides embrouilles. Cette chronique désenchantée et nihiliste du Berlin de la nuit et de sa faune interlope possède, certes un ton, une atmosphère, mais n’arrive pas à tenir la longueur.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP