15 nouveaux hectares de vignes dans le Limbourg

Selon « Het Belang van Limburg » du 6 février dernier, 15 nouveaux hectares de vignes ont ou vont être plantés dans le Limbourg au nord de la Meuse.

Temps de lecture: 2 min

Dans cette province qui compte déjà 25 à 30 vignobles, dont les plus connus sont Genoels-Elderen, Aldeneyck ou Pietershof, il faudra désormais compter sur 15 hectares de vignes supplémentaires développés par plusieurs acteurs. Il ne s’agit en effet pas d’un nouveau vignoble d’un seul tenant, mais bien de plusieurs petits vignobles créés notamment à Kinrooi, Dilsen-Stokkem et Maasmechelen. Près de 67.500 pieds de vignes vont être plantés et permettront de produire quasi autant de bouteilles de vin limbourgeois.

À Dilsen, Johan Jacobs (Wijndomein Thilesna) a déjà planté 1300 pieds de pinots et 310 pieds de riesling et s’apprête à planter un hectare l’année prochaine et espère exploiter, à terme 5 hectares.

À Meeswijk (Leut), Carlo Meykens s’apprête à développer huit hectares de vignes et prévoit déjà de planter trois hectares supplémentaires chaque année pour viser les 25 hectares ! Son ambition : faire du Maasland (la Hesbaye flamande), « la » région du vin en Belgique.

Egalement à Leut, Stefan Serdons est plus modeste et ne plantera qu’un demi-hectare, avec des croisements allemands de cabernet pour faire quelques litres de vin rouge. Actuellement, le Wijndomein Botseberg n’est qu’un hobby pour son propriétaire qui avoue toutefois avoir une certaine ambition.

Enfin, à Kinrooi, Brecht Vanhoef et Koen Quix viennent de planter 750 pieds sur une petite parcelle de 20 ares et espèrent présenter leur premier vin en 2018.

Patience et endurance

Effectivement, comme le confirme au journal Geurt van Rennes, professeur de viticulture à Syntra, membre de la famille qui exploite Genoels-Elderen et lui-même vigneron à Hasselt, « nous devrons attendre 5 ans avant de pouvoir goûter ces vins », la vigne ne donnant le meilleur d’elle-même qu’à partir de la quatrième feuille, soit à la quatrième saison. Dans la viticulture, ajoute van Rennes, prévaut la règle de 10 : il faut 10 hectares pour pouvoir un vin de 10 euros que l’on ne rapportera du bénéfice qu’après 10 ans…

La Province du Limbourg a toutefois perçu le potentiel économique que représente ce développement et a mis 500.000 euros à disposition du secteur à travers son fonds SALK de lutte contre la crise, un investissement qui doit également donner naissance à un centre de ressources pour le secteur viticole local. Toutefois, comme le souligne Het Belang van Limburg, les investissements sont énormes : sans le terrain, un hectare de vigne coûte 25 à 35.000 euros, un investissement en matériel de 50.000 euros et des frais d’entretien de 10.000 euros par hectare. Et oui, la vigne est une dure lutte…

 

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    La UneLe fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une