SwissLeaks: les grands noms belges (infographie)

Mais qui sont les 3.002 Belges épinglés dans les fichiers informatiques de la banque HSBC, et dont Le Soir, De Tijd et MO* parlent depuis ce lundi ?

Depuis que la France a transmis à la Belgique, en 2010, les fichiers belges de la banque, il y a eu bien peu d’indiscrétions quant à la portée de cette découverte. Aujourd’hui, les trois médias livrent quelques noms, à même d’illustrer l’ampleur du problème et la variété des situations: la créatrice de mode Diane von Fürstenberg y côtoie le sculpteur Olivier Strebelle, l’industriel Stefaan Colle (famille De Clerck) l’héritière Jacqueline Boël, et l’ex-industriel Pierre Salik se mesure au diamantaire anversois Mozes Konig (qui apparaît sur «notice rouge» d’Interpol) ainsi qu’aux principaux protagonistes du scandale diamantaire «Omega Diamonds». Du gratin.

Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Rappelons qu’être titulaire ou administrateur d’un compte ouvert auprès de HSBC n’est pas en soi répréhensible. Ensuite, un mot de la méthode: les journalistes de nos rédactions travaillent sur des fichiers comparables à ceux qu’a reçu la justice belge, mais ils les traitent différemment: le quotidien « Le Monde » et l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) ont reçu la totalité des listings mondiaux, et ceci permet de retrouver, par exemple, la trace d’un Belge au Luxembourg (même si les autorités françaises ne l’ont pas a priori identifié comme «Belge») ou de comprendre qu’un dossier «belge» est parfois davantage suisse que strictement belge.

722 «nouveaux» noms

Dès lors, si la justice belge travaille sur 2.450 noms, nous en avons ajoutés et retranchés, faisant apparaître 722 «nouveaux» noms qui se trouvaient dans le fichier global et n’apparaissaient pas d’emblée dans les fichiers transmis à Bruxelles par les autorités françaises. CQFD.

Comme il fallait s’y attendre, on trouve de tout parmi ces clients: outre les 916 personnes liées à l’industrie diamantaire anversoise déjà évoquées hier, on trouve bien sûr des experts financiers, mais aussi un banquier de la KBC, un ou deux footballeurs de seconde zone, des médecins, des cadres de l’industrie, un directeur de mouvement syndical flamand, un ancien directeur d’une association de défense des droits animaliers, un directeur d’école, etc. Sans compter, à nouveau, les «sans profession» et «femmes au foyer».

Le scandale HSBC est loin d’être fini : si Berne rechigne à coopérer, le Parquet de Bruxelles prévient la Suisse, des mandats d’arrêts internationaux pourraient être délivrés.

Les 15 clients belges aux dépôts les plus importants

Découvrez l’infographie sur mobile