«Pour la SNCB, notre fils ne valait que 4.000 euros»

Cinq ans après le drame de Buizingen, Panayotis et Béa Androkinos attendent toujours de savoir pourquoi leurs fils est mort dans l’accident.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 1 min

A lire dans le 17 heures

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une