Qu’est-ce que l’Islam?

Temps de lecture: 4 min

Malek Chebel, question basique pour commencer : qu’est-ce que l’islam ?

L’islam, c’est évidemment la religion musulmane. Le troisième monothéisme, et le dernier. C’est la religion conclusive. Et c’est la religion de 1,8 milliard de croyants dans le monde. Le chiffre est un chiffre donné par le Vatican, donc on peut le tenir pour précis et vrai...

Quelles sont les différentes terminologies pour désigner

les musulmans ?

« Musulman », c’est le croyant musulman. Le croyant, comme on dit le fidèle chrétien qui va à l’église, c’est le musulman, donc il n’y a rien de péjoratif. « Islamiste », c’est celui qui utilise la religion à des fins non religieuses, non cultuelles, pour la propagande, pour également des usages vertueux, qui croit être vertueux, c’est-à-dire le fait d’islamiser ou de ré-islamiser les musulmans eux-mêmes, donc on l’appelle islamiste. « Fondamentaliste », c’est aller aux fondements d’une religion. Le mot « fondamentaliste » a une traduction en arabe, c’est « salafiste ». Quand vous entendez parler des salafistes, ce sont des fondamentalistes. C’est-à-dire qu’ils reviennent à la religion mais ils sont non-violents. Enfin, ils se disent non-violents parce qu’il peut y avoir aussi des exceptions chez eux. « L’intégriste », c’est celui qui fait de sa croyance et sa foi un dogme et une règle qu’il veut imposer aux autres.

>>> Notre supplément en ligne: «L’islam en question(s)»

Quel est le statut de l’athée dans l’islam ?

Dans une religion comme l’islam qui a été conquérante sur 14 siècles, l’athée n’a pas de place. Il faut considérer que c’est comme des volumes communicants : plus il y a de musulmans, moins il y a d’athées. Plus les musulmans sont ouverts, rationnels, libéraux, plus les athées prennent du grade et commencent à être nombreux.

Un musulman athée, c’est un terme qui veut dire quelque chose ?

On peut ne pas croire en Dieu mais être juif parce qu’on est dans la culture juive. A la fois une religion et une nationalité. C’est exactement la même chose pour l’islam. On est musulman parce qu’on est dans la culture musulmane, mais pas forcément un pratiquant pur et dur, pas un habitué de la mosquée. On est dans la culture musulmane qui englobe le tout, de la naissance à la mort, un peu comme le judaïsme.

L’athée, c’est l’ennemi ? Il est rejeté par les autres ?

L’athée, c’est la négation, donc forcément, on le suspecte de tous les maux. Ça veut dire qu’il risque de se retrouver devant un tribunal ? Oui, un tribunal religieux. On dit souvent, ici, en Belgique, en France, qu’il y a beaucoup plus de gens d’origine musulmane qui sont athées que ce qu’on voit réellement, parce qu’ils n’osent pas le dire mais il faut utiliser le mot « agnostique », pas « athée ». Ils sont, si vous voulez, des croyants agnostiques plus qu’athées, des croyants ordinaires sans être des pratiquants. Il y a un petit truc au cœur qui leur parle mais ils ne vont pas l’exalter plus que ça. Mais il y a très peu d’athées vrais, si je puis dire, en islam, parce qu’il n’y a pas de tradition tout simplement.

Sans faire trop d’histoire, est-ce qu’il y a des croisements, des prophètes communs entre les trois religions du Livre ?

Il y a 27 prophètes bibliques dans le Coran, qui sont respectés comme tels. La plupart sont des juifs. La plupart des prophètes chrétiens sont des juifs qui ont été reconduits, ce sont les mêmes. Jésus et Marie, a fortiori, comme étant chrétiens. Dans l’islam, Jésus est aussi sacré que le Prophète. Il n’a pas le même impact mais c’est un prophète de Dieu. Les musulmans sont mal à l’aise quand on tourne en dérision le Christ, ou Marie parce que, comme les prophètes juifs, comme Adam et Eve, c’est les prophètes du concret en quelque sorte pour les musulmans.

Globalement, c’est quoi les principales oppositions et les principaux points communs entre les trois religions ?

Sur le plan religieux, il n’y a pas de gros problème de différence. C’est juste l’usage qu’on fait des personnes. C’est dans l’application, c’est dans le concret. Est-ce qu’il y a quelque chose de spécifique à Jésus et Marie par rapport aux autres ? Je crois que ce qui est spécifique, c’est ce qui lui a été donné après coup dans l’usage. Le fait que Jésus représente tant de croyants dans le monde lui a donné un statut différent. Il est reconnu par son pardon et par la grandeur de sa foi. Il n’est pas reconnu comme fils de Dieu.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une