S'identifier S'abonner

Les avocats de DSK torpillent un procès de «voyeurs» (vidéo)

Ce mercredi matin, la parole était à la défense de Dominique Strauss-Kahn.

Par la rédaction

Temps de lecture: 3 min

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn étaient plutôt confiants pour leur client, ce mercredi matin, à l’heure de plaider. Une relaxe est probablement en vue pour l’ancien directeur du FMI dans l’affaire dite du Carlton de Lille, après que le ministère public a épargné M. Strauss-Kahn. Les trois conseils ont, tour à tour, dénoncé une instruction et un procès non-fondés sur le droit. Mais aussi le côté « voyeur » d’un débat qui n’aura rien occulté des pratiques sexuelles de DSK.

Me Frédérique Baulieu retient les qualificatifs durs utilisés pour décrire son client durant trois semaines de procès. «Un avocat de la partie civile a dit qu’il bénéficierait d’une relaxe mais beaucoup ne seront pas dupes. Cela suffit ces anathèmes!», s’est insurgée l’avocate qui a aussi noté les mensonges de Jade, une prostituée qui accuse DSK de l’avoir forcée à une relation sexuelle. «J’ai beaucoup d’estime pour cette femme qui a décidé de vaincre tout cela mais aussi beaucoup d’incompréhension devant cette volonté de dire des choses qui ne sont pas vraies. J’ai aussi beaucoup de colère pour ce qu’on a fait à Jade lors de cette instruction».

« Violation de l’instruction »

Selon Me Baulieu, celle qui a eu une seule relation avec DSK sur quatre rencontres a tout réinventé, «car elle a été victime des multiples interrogatoires où elle était LA prostituée et de la médiatisation qui a entouré cette affaire».

Me Richard Malka parle de «trois années de violation de l’instruction» qui ont transformé 66 millions de Français en «voyeurs» car on a étalé ce qu’il y a de plus intime et de plus mystérieux dans la vie d’un homme, sa sexualité. L’avocat estime qu’en demandant la relaxe, le procureur de la République a réconcilié les avocats chargés de la défense de DSK avec la Justice.

Liberté sexuelle

Pour l’avocat, on ne peut pas définir le libertinage. «On a voulu nous mener dans un débat politique avec cynisme. Nous sommes là pour juger des hommes selon des lois qui existent et non sur base de projets de loi», a commenté l’avocat alors qu’un projet de loi français qui prévoit la pénalisation des clients de prostituées est en discussion au Sénat. «On a construit un édifice en forme de pyramide avec comme pointe, l’homme puissant nécessairement coupable».

A l’instar de ses confrères Frédérique Baulieu et Richard Malka, le troisième avocat de Dominique Strauss-Kahn, Me Henri Leclerc est convaincu de la relaxe de l’ancien patron du FMI. «Ce n’est pas un proxénète, il a une liberté sexuelle à laquelle il a droit», affirme l’avocat qui estime cependant qu’une relaxe ne réparera pas tous les dégâts engendrés par ce dossier, des deux côtés de la barre. «Nous ne sommes pas ici pour parler de morale mais pour faire du droit», a clamé l’avocat pénaliste.

Voir la vidéo sur mobile

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP