La demande grecque d’aide doit être le «point de départ de négociations»

Temps de lecture: 1 min

La demande déposée jeudi par le gouvernement grec d’extension de l’aide de ses partenaires n’est «pas suffisante» mais «doit être utilisée comme point de départ de négociations», a déclaré jeudi le vice-chancelier du gouvernement d’Angela Merkel, Sigmar Gabriel.

M. Gabriel, ministre social-démocrate de l’Economie qui s’exprimait lors d’un bref point de presse, a ainsi ré-ouvert un peu la porte que son confrère aux Finances, le conservateur Wolfgang Schäuble, avait fermée un peu plus tôt en estimant que la proposition grecque ne «remplissait pas les conditions» fixées par les Européens.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une