«Sur le marché de l’énergie, il faut avoir une longueur d’avance»

A 43 ans, ce patron n’est pas inconnu dans le monde de l’entreprise belge puisqu’il a fait partie du comité de direction de Belgacom. Il est depuis 2011 à la tête d’EDF Luminus, filiale du groupe français EDF et deuxième fournisseur d’électricité et de gaz chez nous, avec 1,7 million de clients et 20 % de parts de marché. Le groupe est également le premier développeur éolien offshore de Belgique, avec un investissement l’année passée de 100 millions d’euros.

Heureux de figurer parmi les 5 nominés « CEO » des jeunes Top Managers de l’année ?

C’est une belle reconnaissance pour un vrai travail d’équipe. Le marché de l’énergie a traversé une longue crise qui a bien sûr touché notre entreprise. Tout le monde, au sein d’EDF Luminus, a été mobilisé afin de garder le cap. Nous parlons ici d’une grande équipe, de près 1.000 collaborateurs.

Selon vous, pourquoi avez-vous été sélectionné ?

J’imagine que cette décision est liée à la profonde transformation d’EDF Luminus. Notre corps de métier est de fournir de l’électricité et du gaz. Or, comme vous le savez, les conditions de marché se sont fortement détériorées ces dernières années. Plutôt que d’attendre, nous avons développé un nouveau métier au sein de l’entreprise. EDF Luminus fournit désormais également des solutions énergétiques. Nous conseillons nos clients qui veulent par exemple diminuer leur émission de Co2. L’orientation client est au centre de notre stratégie. EDF Luminus est d’ailleurs le fournisseur qui reçoit le moins de plaintes par client. Pour arriver à ce résultat, nos employés passent tous par le centre d’appel, ils sont de cette manière parfaitement conscients des réalités du marché. Par ailleurs, en 2014, nous avons gagné une dizaine de milliers de nouveaux contrats.

Vos techniques de management innovantes ont convaincu. Quel est votre secret ?

J’ai essayé d’apporter chez EDF Luminus un maximum de leadership, une vraie capacité à mener des équipes. Selon moi, une culture d’entreprise positive est primordiale. Je ne sais pas si c’est une technique innovante mais j’ai travaillé à sa mise en place dès mon arrivée. Je mise beaucoup sur l’entrepreneurship, l’esprit d’initiative et le droit à l’erreur. Dans un marché comme le nôtre, très compétitif et en perpétuelle évolution, il est impératif d’innover et d’être toujours en avance sur la concurrence.

Plus d’infos sur youngtopmanager.com .