Armand De Decker cité dans l’affaire Chodiev: «J’ai reçu des honoraires pour mon travail d’avocat, c’est tout»

Le Canard Enchaîné affirme, dans son édition de ce 25 février, qu’Armand De Decker aurait reçu 734.346 euros, au titre de « remerciement » pour son intervention dans le cadre de l’affaire Chodiev. Pour rappel, le bourgmestre d’Uccle est intervenu comme avocat, au même titre que trois autres cabinets, dans le dossier, qui s’est conclu par une transaction pénale.

Tout commence lorsque Nicolas Sarkozy tente de convaincre le président du Kazakhstan d’acheter 45 hélicoptères français. Nousoultan Nazarbaïev aurait demandé au président français d’intervenir pour l’un de ses amis, le Belgo-Kazakh Patokh Chodiev. Ce dernier avait été inculpé par le parquet de Bruxelles en 2001 pour faux, association de malfaiteurs et blanchiment d’argent. La demande du président kazakh ? Faire en sorte que la Belgique vote au plus vite un projet de loi étendant le champ d’application de la transaction financière en matière pénale, afin qu’elle puisse concerner Patokh Chodiev.

Votée en 2011, la réforme a très vite bénéficié à l’homme d’affaires belgo-kazakh. La transaction financière a en effet été conclue le 17 juin 2011. Moyennant le versement de 22 millions à la Justice belge, celle-ci a abandonné les poursuites.

Nous avons appelé, vers 15h45, Armand De Decker, qui tombe des nues.

Vous n’étiez pas au courant ?

Absolument pas. Je vais aller de ce pas acheter le Canard Enchaîné.

C’est une affaire qu’on avait déjà évoquée…

Oui. Et je rappelle que je suis intervenu, dans ce dossier, en 2011, exclusivement comme avocat. Vous savez, je pense que le Canard Enchaîné fait une obsession du fait de trouver du poil à gratter contre Nicolas Sarkozy. Ils veulent l’accuser d’avoir corrompu des officiels belges pour arranger la loi sur la transaction pénale.

Ce qui n’est pas le cas ?

Mais non ! Vous savez, la loi sur la transaction pénale a évolué plusieurs fois. Et, la dernière fois, en 2011, dans le cadre d’une loi-programme, qui est un peu une loi fourre-tout, le gouvernement avait décidé, pour la cinquième fois, d’étendre le champ de la transaction pénale. Cette proposition, qui a pris la forme d’un amendement, avait le soutien de tout le gouvernement, a été soutenue par la famille socialiste, la famille chrétienne et la famille libérale.

Mais pourquoi la majorité a-t-elle fait ça ?

Parce qu’à l’époque, le collège des procureurs généraux avait diffusé une circulaire recommandant d’étendre la procédure de transaction pénale, notamment pour les grandes affaires financières. Pour une raison très simple : réduire l’arriéré judiciaire. Depuis l’affaire Chodiev (NDLR : dans laquelle une transaction évaluée à plus de dix millions d’euros a permis d’éteindre l’action publique), la procédure a été appliquée des dizaines, voire des centaines de fois. Pas plus tard que dimanche dernier, sur le plateau de RTL, une magistrate, qui plaidait pour que l’on augmente les moyens de la Justice, a rapporté que la Justice rapporte de l’argent à l’État. En 2014, les montants récoltés grâce aux transactions pénales s’élèvent à 500 millions !

Le Canard Enchaîné sous-entend que Nicolas Sarkozy a fait pression sur le MR pour que cette loi soit votée.

C’est faux, absolument faux. Il n’a rien à voir !

Et lorsque le Canard Enchaîné affirme que vous avez touché 734.346 euros au titre de remerciement…

… Je peux vous assurer que je n’ai touché, dans ce dossier, que des honoraires d’avocats. Depuis que je ne suis plus président du Sénat, j’ai repris des activités d’avocats, j’ai créé une SPRL d’avocats. Et donc, dans ce dossier, j’ai touché des honoraires, qui ont été intégralement soumis à l’impôt. Dans la transparence absolue. C’est vrai que les avocats qui ont travaillé sur ce dossier ont été bien rémunérés. Mais je ne me souviens plus des montants perçus. Et de toute façon, je n’ai pas à le dire publiquement. Je vous répète que mon rôle, dans ce dossier, s’est limité à celui d’un avocat qui négocie avec le parquet général. Le reste, c’est du fantasme de presse française, qui croit qu’en Belgique, on peut changer une loi en appelant un élu !