Charleroi demande le retrait d’un prix attribué par World Press Photo

« C’est tout sauf du journalisme » se défend le bourgmestre de la Ville Paul Magnette.

Temps de lecture: 3 min

Le bourgmestre de Charleroi, Paul Magnette, a adressé mercredi un courrier au « New York Times » et au jury du World Press Photo, qui vient d’attribuer un prix ayant pour sujet Charleroi. Le thème: «Le cœur noir de l’Europe» (voir le reportage).

Paul Magnette y dit « sa surprise et son désarroi » à la découverte du 1er prix attribué à Giovanni Troilo.

Pour lui, «  ce sujet photographique littéralement monté de toutes pièces (…) est une grave falsification de la réalité portant préjudice à la Ville de Charleroi et à ses habitants ainsi qu’au métier de photojournaliste ». Il parle d’une « mise en scène renforçant la dimension dramatique des images ». Ce serait normal pour une œuvre artistique personnelle, mais ce travail prétend présenter une enquête journalistique de terrain et ce n’est pas le cas, écrit le bourgmestre, qui évoque « le caractère falsifié et mensonger des légendes, le travestissement de la réalité, la construction d’images chocs mises en scène par le photographe, malhonnêtes et qui trahissent les bases de l’éthique journalistique ».

La porte-parole de Paul Magnette précise que cette réaction du bourgmestre fait suite aux réactions de photographes professionnels qui, dit-elle, se sont eux aussi offusqués de cette vision de Charleroi.

« C'est tout sauf du journalisme »

Selon le site OAI13, c’est en s’apercevant de l’ampleur médiatique du World Press Photo que le bourgmestre a décidé de demander dans un courrier le retrait pur et simple du prix à l’artiste.

« Madame la présidente du jury, Monsieur le directeur, je ne suis certainement un expert de la photographie. Mais je sais qu’en journalisme, tout comme en photographie, le choix de donner un axe à son sujet est nécessaire et habituel. Néanmoins, de cacher certaines perspectives avec de l’information non vérifiée et déformée, de tordre la réalité en faisant de la mise en scène, c’est tout sauf du photojournalisme. Du moins, ce n’est pas le photojournalisme de qualité que vous avez l’habitude de récompenser. « Le World Press Photo s’engage dans le soutien et l’évolution du photojournalisme et de la photographie documentaire à l’international » (leitmotiv du WPP, NDLR). Nous sommes aussi engagés dans cette mission. Et c’est pour cette raison que nous vous demandons de retirer le prix qui a été accordé à Mr Troilo à la lumière de notre argumentation et nos explications », écrit Paul Magnette.

« Le coeur noir de l’Europe »

« Charleroi, une ville près de Bruxelles, a connu la chute de la fabrication industrielle, un taux de chômage en hausse, une immigration croissante et l’éruption de la micro-criminalité. Les routes, autrefois propres et nettes, apparaissent aujourd’hui désolées et abandonnées, les usines ferment, et la végétation envahit les anciennes zones industrielles », résume la présentation de la série de photos sur le site internet du concours World Press Photo.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une