Une ex-miss turque risque la prison pour avoir raillé le président Erdogan

En partageant un poème satirique sur les réseaux sociaux, elle risque jusqu’à quatre ans d’emprisonnement.

Temps de lecture: 2 min

Miss Turquie 2006, Merve Buyuksarac a été confrontée à la justice mercredi à Istanbul. Elle est accusée d’avoir insulté le président turc Recep Tayyip Erdogan en partageant un poème satirique sur son compte Instagram l’été dernier.

Tout a commencé lorsque la jeune Turque de 26 ans découvre un poème « Master’s Poem », parodiant les paroles de l’hymne national turc qui comportait des insultes contre Erdogan. Publié par le magazine satirique Uykusuz, Merve Buyuksarac l’a partagé sur les réseaux sociaux car elle le trouvait « amusant » : « Je n’avais pas l’intention d’insulter Erdogan », a-t-elle déclaré lors de sa comparution devant le tribunal d’Istanbul.

Un pays pointé du doigt pour son manque de liberté d’expression

Les procureurs ont affirmé que le message partagé par Merve Buyuksarac « dépasse les limites de la liberté d’expression », d’après l’AFP. Selon eux, les propos sont condamnables puisqu’ils « excèdent les limites de la critique » et « humilient ouvertement » le président.

Le tribunal doit dorénavant déterminer de la suite des poursuites judiciaires et d’un éventuel procès. Accusée d’insultes contre un fonctionnaire, l’ex-miss risque jusqu’à quatre ans d’emprisonnement.

Un cas non isolé car depuis qu’Erdogan est passé de Premier ministre à président en août dernier, plus de 60 personnes ont été inculpées pour leur parodie contre lui. Il y a quelques mois, un jeune de 16 ans a été arrêté après avoir fait un discours accusant le président et son parti de corruption.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une