Triche aux Magritte ?

Polémique autour du Magritte du premier film, la suite. Comme nous vous l’expliquions dans nos éditions de ce matin, la production de Marbie star conteste le prix du public décerné le 7 février dernier lors de la cérémonie des Magritte. En cause, des irrégularités constatées au niveau du concours.

Pour la production du film carolo réalisé grâce au crowdfunding, les règles du jeu n’ont pas été respectées. Ainsi, la durée du concours a été rallongée sans raison apparente (le vote devait courir jusqu’au 15 janvier mais il a été prolongé de 10 jours). À cela s’ajoute une mauvaise communication de la part de l’Académie, qui n’a par exemple pas annoncé clairement la date de début du vote. Mais la principale cause de contestation concerne les résultats détaillés des votes. Ils auraient été transmis à deux membres de l’Académie André Delvaux à la mi-janvier, soit une dizaine de jours avant la fin du concours. Or, Philippe Logie, directeur de BeTv, est membre de cette Académie mais également frère d’André Logie, producteur de Je te survivrai, film finalement lauréat. Un film qui a entamé une remontée fulgurante dans les derniers jours de votes et qui a dépassé Marbie, qui courait largement en tête depuis le départ.

« Au vu des chiffres, il est clair qu’André Logie a été prévenu que son film était à la traîne, explique Me Derzelle, avocat de Marbie Star.Et les autres participants n’ont pas été informés des résultats. »

À cela s’ajoute un mail envoyé le 15 janvier par le même André Logie et qualifié de « diffamatoire » par la production de Marbie Star. (« Notre plus gros concurrent est « MARBIE, Star de Couillu les 2 Eglises »… alors ce serait quand même cruel de se faire battre par ce film (…) qui est tout sauf un film de cinéma. »)

« On ne peut pas admettre que l’on manipule les résultats, explique Me Derzelle. Ce prix ne doit pas être celui d’un lobby. Nous demandons à l’Académie de respecter les règles de départ. » En clair, la production de Marbie Star exige que Je te survivrai soit disqualifié et que l’Académie s’en tienne aux résultats du 15 janvier, soit la date initiale de clôture des votes. En l’absence de réaction de la part de l’Académie, une procédure au civil sera engagée.

Mais Dominique Dubuisson, producteur du film insiste : « Cette action n’est en aucun cas le reflet d’une quelconque jalousie. Pour nous les Magritte sont très importants et doivent continuer d’exister. C’était juste assez ironique de se retrouver aux Magritte, dans un milieu qui n’avait pas voulu de nous. Nous ne sommes pas là par la volonté du système mais par la volonté du public. »

« Il faut du respect pour tous, explique quant à elle Dominique Smets, réalisatrice. Je ne peux pas me permettre de dire à mon public, qui s’est énormément investi, que son vote n’a pas d’importance. Il faut être honnête et donner au public ce qui lui appartient. Ce qui s’est passé n’est pas normal et le public demande une réponse. »