L’opposant russe Boris Nemtsov a été tué par balles à Moscou

L’infatigable opposant de Poutine avait 55 ans, il a reçu quatre balles dans le dos dans la nuit de vendredi à samedi.

Temps de lecture: 4 min

Boris Nemtsov, l’un des piliers de l’opposition libérale en Russie, a été tué par balle vendredi soir en plein centre de Moscou. Il se promenait sur le pont principal de la capitale, le Grand Pont de pierre, juste en face du Kremlin, lorsqu’une voiture blanche a surgi et des hommes ont tiré quatre coups au pistolet dans le dos, selon les premières informations données par la radio indépendante Echos de Moscou. L’endroit du meurtre est désormais bouclé par les enquêteurs. Mais plusieurs collègues de Boris Nemtsov se sont immédiatement rendus sur place et ont confirmé la mort du leader de l’opposition.

Un opposant libéral d’expérience

L’ex-vice-Premier ministre du président Boris Eltsine était devenu l’une des principales figures du mouvement Solidarité puis du parti Parnas, au cœur de l’organisation des dernières grandes manifestations contre le Kremlin de Vladimir Poutine, notamment lors de son retour au Kremlin en 2012. « C’est le parti de la liberté des gens pour une Russie sans arbitraire et sans corruption  », résumait-il, un brin provocateur. Boris Nemtsov se voulait avant tout un libéral qui avait déjà l’expérience du pouvoir. Dans les années 1990, il avait été ministre de l’énergie. Puis il avait participé à la création de l’Union des forces de droite (SPS), un parti d’opposition au Kremlin qui n’existe plus depuis fin 2008. Il a été gouverneur de la région de Saratov. Une expérience qui était aussi une faiblesse aux yeux de l’opinion : les années libérales 1990 restent un mauvais souvenir pour la majorité de la population.

Ces dernières années, Boris Nemtsov avait participé à de nombreuses manifestations et, à plusieurs reprises, a été interpellé. Avant les JO de Sotchi, l’an passé, il avait été le pourfendeur de la corruption de ce vaste chantier olympique : jusqu’à 60 % des 36 milliards d’euros s’étaient évaporés en corruption selon lui. « Mais, dans la Russie de Poutine, le sujet est tabou et la discussion impossible… », avait-il alors confié au Soir avec un sourire mi-désabusé mi-charmeur. Car, depuis qu’il est devenu l’une des principales et vocales figures de l’opposition, Boris Nemtsov savait qu’il menait politiquement un combat vain.

Mis à mal par la crise ukrainienne

Mais la « machine » Nemtsov était infatigable, pour descendre dans la rue et lancer des slogans anti-Poutine, intarissable dans ses discours anti-Kremlin sur les estrades comme dans les rares médias d’opposition. « Notre action s’inscrit dans le temps. Il n’y aura pas un printemps russe mais des printemps. Un long marathon… », avait prévenu Boris Nemtsov dans une interview au Soir en 2012, juste après le score massif de Vladimir Poutine à la présidentielle. « Pour le moment le mouvement d’opposition est fort avant tout à Moscou et dans quelques grandes villes. Mais il va s’étendre. Car, dans l’histoire russe, cela s’est toujours passé comme cela. Notre stratégie est claire et nette : recourir uniquement à des moyens de protestation pacifiques et légaux. Et, au sein de notre opposition très disparate, notre priorité est de rester unis. » Un défi qui a été mis à rude épreuve par la crise en Ukraine : depuis la reprise de la Crimée par la Russie l’an passé, une large partie des simples opposants se sont ralliés à la stratégie du Kremlin en Ukraine. Et la popularité de Vladimir Poutine a atteint des records, au-delà de 85 % dans les sondages.

En 2012, Boris Nemtsov avait publié un autre rapport cinglant pour le Kremlin. Il avait répertorié toutes les richesses à la disposition du président Poutine : palais, yachts, avions, hélicoptères, montres suisses… La vaste majorité de ces biens sont en fait propriété d’Etat. Ils sont à l’usage de Vladimir Poutine mais ne lui appartiennent pas en propre. Boris Nemtsov avait eu le mérite de pointer là où ça fait mal : Vladimir Poutine, qui officiellement touche des revenus annuels de moins de 145 000 euros, s’est habitué au luxe en douze ans au sommet de l’Etat. Un goût qui expliquerait en partie, selon l’opposant, pourquoi le président s’accroche au pouvoir. « Son train de vie s’apparente à celui des monarques des pays du Golfe », dénonçait Boris Nemtsov, photos à l’appui.

Vladimir Poutine évoque une « provocation »

«  Poutine a déclaré que cet assassinat brutal portait les marques d’un meurtre commandité et avait tout d’une provocation  », a déclaré le porte-parole du président russe, ajoutant que Poutine avait demandé au Comité d’enquête, au ministère de l’Intérieur et au FSB (ex-KGB) d’enquêter sur cet assassinat.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une