La carte des routes wallonnes en piteux état

A la fin de l’hiver, le constat est le même depuis des années. Nos routes sont en piteux état avec un florilège de nids-de-poule. Chaque année, les infrastructures défectueuses sont d’ailleurs à l’origine d’une dizaine de décès. En 2014, si l’on additionne les condamnations pour dégâts subis par des tiers suite au mauvais état des routes et les transactions payées directement par la Région suite à des plaintes à son administrations, la Wallonie a déboursés 3,32 millions d’euros.

Comment en est-on arrivé là ? Plusieurs raisons l’expliquent, et notamment le manque d’entretien des 7.800 km de chaussées régionales pendant les « années Daerden » et le manque d’efficacité de la procédure d’attribution des marchés.

Ces dernières années, la Wallonie tente de redresser la barre. Maxime Prévot (CDH), ministre actuellement en charge, prépare un Plan Infrastructure pour ce méga chantier. Il est attendu pour 2017.

Mais remettre à niveau l’ensemble du réseau routier wallon coûte très cher – on parle de plusieurs milliards d’euros. D’autant que la majeure partie des 58.000 km de routes de Wallonie est gérée par les provinces et les communes.

Nous avons fait appel à vous pour tenter de tracer la carte des points noirs du réseau routier wallon. Une carte toujours en chantier, si l’on peut dire.

Vous pouvez continuer à l’enrichir en commentant ce post Facebook ou en postant un commentaire ci-dessous.