Barack Obama à Selma, symbole de la défense des droits civiques

Temps de lecture: 1 min

« Le travail n’est pas terminé » : Barack Obama célébrait samedi à Selma (Alabama) la marche pour les droits civiques qui a marqué un tournant dans l’histoire des Etats-Unis en garantissant le droit de vote aux Afro-Américains des Etats du Sud.

Le premier président noir de l’histoire des Etats-Unis doit s’exprimer devant le pont Edmund Pettus sur lequel, le 7 mars 1965, plusieurs centaines de manifestants pacifiques furent violemment repoussés par la police dans un assaut qui traumatisa l’Amérique et aboutit, quelques mois plus tard, au Voting Rights Act.

Barack Obama avait trois ans au moment des faits. Il a appris cette histoire par sa mère, quand il avait « six, sept, huit ans ». « Elle me donnait des tas de livres pour enfants sur la lutte pour les droits civiques. Elle mettait des chansons de Mahalia Jackson (qui fut une proche de Martin Luther King, ndlr) », a-t-il raconté.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une