Une jeune femme et son fils de quatre ans interpellés après leur retour de Syrie

Une jeune femme originaire de la région de Charleroi, et dont la disparition avait été signalée à la police en juin 2014 en même temps que celle de son fils, a été interpellée dimanche à l’aéroport de Charleroi. La jeune femme avait 29 ans quand sa disparition avait été signalée. « L’enquête a permis de révéler qu’après avoir rencontré un nouveau compagnon, celle-ci avait quitté avec son fils la Belgique pour rejoindre volontairement et clandestinement la Syrie », précise le parquet fédéral. Un juge d’instruction de Charleroi, spécialisé en matière de terrorisme, avait été saisi par le parquet fédéral pour la poursuite de l’enquête.

«  A son arrivée, la jeune femme a été interpellée par la police judiciaire de Charleroi pour être entendue sur sa disparition et son séjour durant huit mois en Syrie. Au terme de cette audition, le juge d’instruction décidera des suites à réserver en tenant compte des éléments du dossier et de l’état de santé de la jeune femme », conclut le parquet fédéral.

La mère et son enfant avaient été interceptés il y a quelques jours par les autorités turques alors qu’ils venaient de quitter la Syrie, indique dimanche le parquet fédéral. Ces deux personnes ont été expulsées par les autorités turques vers la Belgique, où elles sont arrivées dimanche.

Le compagnon arrêté en Turquie

«Il y a évidemment des questions qui vont être posées, mais nous allons surtout les accueillir, en espérant que l’enfant soit en bonne santé. Pour ce qui est de la maman, il y aura un certain nombre de questions à lui poser», a expliqué Didier Reynders cité par la RTBF.

Le compagnon de la jeune femme a été arrêté par les autorités turques. «Il y a une enquête en cours en Turquie pour son compagnon, qui est quand même parti vers la Syrie et a suivi un certain nombre d’entraînements, notamment au maniement des armes, semble-t-il», a commenté Didier Reynders. «Il est donc normal que l’on voit quel a été son rôle. Et on verra d’ailleurs si des enquêtes doivent aussi être menées en Belgique.»