« Belgatech peut doubler ses activités grâce à la Flandre »

Deux Français qui décident d’installer leur entreprise en Belgique pour s’ancrer dans un marché local et faire la différence dans le secteur de la consultance, c’est l’histoire de Belgatech.

Cette société active dans l’ingénierie et les services techniques aux entreprises industrielles, créée début 2008, a en tout cas valu à Henri Drouin et Frédéric Sigel, amis depuis l’école, d’être tous deux, à 35 ans, nominés dans la catégorie « founder » du young Top Manager de l’année. En pratique, deux prix (le « CEO » et le « founder ») seront remis le 23 avril prochain par Top Management et Le Soir.

Pourquoi avez-vous créé Belgatech ?

Henri Drouin

Nous connaissions tous deux le monde de la consultance et nous avions envie de l’optimiser, de nous rapprocher le plus possible des besoins réels du marché. C’est pour cette raison que Belgatech est une entreprise belge et que nos clients sont belges également ! La plupart des grosses sociétés actives comme nous dans le conseil aux groupes industriels sont françaises et travaillent de manière très systématique. Nous nous démarquons également fortement par notre structure. Nos collaborateurs sont nos employés et non des indépendants.

Si vous êtes tous deux nominés, c’est, entre autres, parce que votre société a connu une belle croissance…

Henri Drouin

Oui ! Nous avons débuté en 2008 et comme beaucoup, la crise nous a surpris. Notre activité a donc stagné au début mais nous nous sommes accrochés. Nous étions une douzaine à l’époque, Belgatech emploie aujourd’hui 150 personnes ! Nous avons un très beau potentiel de croissance pour les années à venir car nous sommes encore très peu actifs en Flandre actuellement.

Votre gestion d’entreprise est-elle innovante ?

Frédéric Sigel

Notre gestion est participative mais ce n’est pas vraiment une prouesse puisque nous sommes à peu près 20 personnes actives au siège même de Belgatech, nos autres employés étant tous en mission à l’extérieur ! Notre management s’exerce donc plus à distance. C’est pourquoi Belgatech organise des événements techniques, afin de former continuellement ses employés. Nous tablons surtout sur la performance de nos collaborateurs. Si l’un d’entre eux a certains points faibles, nous misons alors sur ses forces ! Mais chez nous, la culture de l’excuse est exclue. Nous avons tous les deux travaillé quelques années en Allemagne, de cette expérience, nous avons conservé une certaine rigueur dans l’organisation de notre travail  !

Plus d’infos sur youngtopmanager.com.