Les mémoires de Florence Arthaud: «Papa, merci de m’avoir donné la force de partir au loin»

Le destin tragique de Florence Arthaud, décédée lundi soir sur le tournage de la téléréalité « Dropped » en Argentine, bouleverse les plans de la maison d’édition Arthaud. En effet, la navigatrice devait publier son nouveau livre « Cette nuit, la mer est noire » en librairie en mai mais son éditeur a décidé d’avancer la date de parution au 19 mars, soit la semaine prochaine.

Dans son ouvrage, Florence Arthaud raconte comme elle était (déjà) passée tout près de la mort la nuit du 29 octobre 2011 lorsqu’elle était tombée de son voilier en fêtant son anniversaire au large du Cap Corse. Un épisode miraculeux qu’elle avait déjà conté dans les « Orages de la vie » de Stéphane Pauwels sur RTL en avril 2012. « J’ai basculé en une fraction de seconde. Je suis dans l’eau. Il fait nuit noire. Je suis seule. Je tourne la tête en tous sens, instinctivement. Je vois mon bateau qui s’éloigne. Je cherche un repère. Une lueur. Un objet. Un signe de vie. Rien. Je suis seule, absolument isolée dans l’immense masse sombre et mouvante de la mer. Dans quelques instants, la mer, ma raison de vivre, va devenir mon tombeau. »

« Merci de m’avoir donné la force de partir au loin et d’être libre »

Les mots de l’éternelle « Petite Fiancée de l’Atlantique » adressés à son père décédé le 26 novembre 2014 prennent tout leur sens, à la lueur du drame. « Merci Papa de m’avoir fait rencontrer ces gens formidables, tous ces géants des mers, ces belles âmes dont le destin fait pâlir les modèles de vie ordinaire. Papa, tu m’as montré qu’on pouvait revenir vivant d’une île déserte. C’est toi qui m’as donné cette envie d’espoir et de liberté, ce goût du grand large ». Et d’ajouter : « Merci de m’avoir donné la force de partir au loin et d’être libre ».

La navigation a toujours été l’une des grandes passions de Florence Arthaud qui avait l’intention de transmettre son savoir. « Je veux pouvoir aider celles qui, comme moi, rêvent d’aventures, à faire de leur vie un rêve. J’ai envie de me consacrer aux femmes qui souhaitent naviguer », confiait-elle ainsi.

L’éditeur a annoncé un premier tirage à 40.000 exemplaires et n’exclut pas une réédition pour satisfaire l’importante demande des libraires.

>>> Gérard Holtz : « Les sportifs font de la téléréalité pour s’amuser, tout simplement »